Tutorat : Un an d'engagement et déjà le bilan

  • Par docjunior
  • Le 25/08/2016
  • Commentaires (0)

 

On parle souvent du tutorat en PACES mais toujours d'un point de vu de P1. Cette fois-ci je vais vous le faire découvrir de l'intérieur en vous expliquant en détail ce qu'est le tutorat et comment j'ai vécu cet engagement associatif de par mon expérience ! 

Je vais faire cet article sous forme de questions réponses (oui je sais je vous vois derrière l'écran en train de vous dire que j'essaye de maquiller mon long monologue). Si ça vous dit, vous pouvez lire le récit en 2 billets de semaines particulièrement chargées de tutorat (oui j'aime me plaindre mais au final vous verrez que je relativise complètement le tout dans ce billet, enfin, j'essaye hein).

Le premier billet ; Le second billet 

 

Bon, hé bien on attaque ! 

Graouuuu ! (oui, pas la peine de me le dire, je sors et j'emporte avec moi mon humour de folie. Hein quoi pas d'accord ? Bon, ok mon humour à la noix * se retient de mettre une image de noix pour ne pas casser les noisettes à tout le monde*)

 

Un an de tuto et déjà le bilan

 

 

  1. Le tuto c’est quoi ?

 


Le tutorat est une association étudiante. Et oui les grands mots hein. Chez nous on est financé…. Par la fac ! Et soutenu par les professeurs. Mais pas de panique, j’y reviendrai après. Et justement, dans une association, il faut des membres ! Les tuteurs quoi vous me direz. Et bien non, les tuteurs qui vont chacun se spécialiser dans une matière voire parfois un ou deux professeurs d’une matière ne sont que la partie émergée de l’iceberg.

 

 

Il y a aussi le bureau avec le président et le vice-président qui coordonnent un peu tout et disent à chacun ce qu’il doit faire via le groupe facebook par exemple. Ils vont aussi s’occuper de faire les plannings de permanence (pour les inscriptions, concours blancs, les exercices, les corrections), le planning des colles, réserver des salles, faire de la communication (salons étudiants, lycée) et gérer la plateforme, les mails généraux et tout plein de choses !

Mais pour cela ils ne sont pas seuls, il y a les CM (chargés de missions) qui vont s’occuper d’un aspect précis dans l’organisation et filer un coup de main dans un peu tout. Par exemple, le CM qui organise les séances d’exercices pourra répondre aux questions générales des étudiants sur le mail s’il en voit ou aider pour tout et n’importe quoi.

 

Et sinon, le tutorat ça propose quoi ?

 

 

Et bien, c’est comme une prépa (boite à colle/écurie) qui préparent les étudiants à la terrible PACES, sauf que c’est gratuit ! Selon les facs, le tutorat est plus ou moins développé, bien organisé au niveau des services (l’ANEMF leur attribue un agrément bronze, argent, or ou rien du tout pour vous donner une idée du service).

Il souffre souvent du «  c’est gratuit donc c’est réservé à ceux qui ont moins de moyens car c’est moins bien ». Mais pas forcément, voire pas du tout !

 

Pour vous donner un exemple, chez nous, le tutorat propose :

  • Des colles relues et corrigées par les professeurs
  • Un soutien de la part de la faculté et des professeurs
  • Des séances d’exercices hebdomadaires
  • Des colles hebdomadaires avec un classement
  • Des fiches réalisées par les tuteurs
  • Des banques de QCM et des séances d’exercices des années précédentes pour s’entrainer
  • Des e-mails pour contacter les tuteurs à tout moment quand on ne les croise pas à la fac ou après une colle/séance d’exo
  • La correction des concours
  • Des tuteurs motivés et disponibles
  • Un tuteur référent pour encadrer de manière personnalisée chaque étudiant et le guider dans la traversée de la PACES
  • Des séances de méthodologies en début de semestre
  • 1 concours blanc en fin de semestre


Et oui ça fait pas mal de choses tout ça. Et ailleurs, on peut aussi retrouver (entre autre) un stage de pré rentrée, des cours et séances de soutien, des vidéos YouTube et encore d’autres types de services ! Chaque année, les tutos se réunissent en congrès pour s’améliorer et s’inspirer les uns des autres pour améliorer toujours en encore la qualité, c’est le WET (WeekEnd Tutorat)

 

Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus foort !!!

Oui et alors ? Quand j'étais petit j'adorais Fort Boyard :-) Et finalement, le tutorat pour moi cette année, ce fut ça : une grande aventure !

 

On se demande souvent s’il vaut mieux choisir le tuto ou une prépa, ma réponse est claire. La qualité est au moins équivalente à celles des prépas. Chacun à ses forces et ses faiblesses ! Par exemple on est peut être un poil plus encadré en prépa qu'en tutorat (même si les tutorats s'améliorent sur le suivi personnalisé de plus en plus) et au tutorat on est soutenu par les professeurs contrairement aux prépas. Mais le but de l'article n'est pas non plus de faire une comparaison entre prépa et tutorat donc on va en rester là ;-)


Et oui, je ne suis pas en train de faire un article en mode gloire au tutorat hein ^^ Si les prépas existent, c’est qu’elles ont leur utilité et leurs services (sinon, elles auraient disparues depuis longtemps). Et pour preuve j’ai fait conjointement en PACES prépa et tutorat et j’ai été très satisfait de ma prépa tout comme du tutorat. Le tuto n'est pas toujours mieux qu'une prépa tout comme une prépa n'est pas toujours mieux que le tutorat. D'ailleurs souvent les 2 se valent plus ou moins et aller à l'un plutôt qu'à l'autre ne modifie pas ou infinitésimalement (ça existe ce mot ?) les chances de réussite. 

J'ai même été en prépa (en même temps qu'au tutorat) en PACES, et je ne renie pas le moins du monde cette expérience qui m'a apporté pas mal de positif je pense puisque ma prépa fut humaine et de qualité (ce qui n'est pas toujours le cas). D'ailleurs quand on me pose des questions à ce sujet, je n'ai jamais dénigré ou dit du mal de mon ancienne boite à colle.

Sauf que voilà, la prépa est payante. Pas le tutorat.

 

--> Petit lien vers le site commun des tutorats avec la présentation de chaque tuto

Et comme j’ai pu le dire, on a l’impression qu’en payant ce sera mieux ce qui n’est pas (toujours) le cas. A voir donc, il faut surtout se renseigner auprès des anciens élèves pour avoir des retours et s'aider dans le choix.

 

Bon, voilà je vais arrêter de vous barber avec ma présentation stalienne du tuto (non, non je ne suis pas du tout tuteur au tutorat et cet article n'est pas du tout partial ^^) pour vous parler un peu plus de mon ressenti personnel. Et oui, ça fait un an déjà que je suis tuteur, et il est temps de faire un petit bilan plus personnel de cette expérience.

 

 

  1. Pourquoi m’être engagé au tutorat ?

Tout simplement parce que j’avais envie d’aider, de transmettre mon amour, mon altruisme et ma joie de vivre à tous dans la plus belle année que j’ai pu vivre de ma vie, la PACES.

Non ? Pas crédible ? Bon, bon voici les vraies raisons. Etant passé par la P1, j’ai acquis une expérience, une méthodologie, une empathie pour ceux qui peuvent avoir du mal, vivre des moments plus difficiles mais aussi une expertise puisque j’ai réussi ce concours avec un très bon classement.

Je me souviens avoir été en admiration devant les tuteurs que je voyais comme des demi-Dieux et j’avais à mon tour envie de transmettre cette expérience et de prendre plaisir à torturer les pauvres petits paces avec mes QCM de la mort qui tuent mortellement 

--> (pour être honnête au S1 mes QCM étaient un très bon entrainement au concours #modestie mais peut être un peu trop durs surtout avec le concours blanc. Mais le professeur avait changé (je ne vous raconte pas quand j'ai apprit ça, j'étais dégouté, autant que les doublants car qui dit nouveau professeur dit nouveau cours (auquels j'ai du assister ^^) et nouveaux QCM. 
Comme je n'avais aucune idée de la difficulté du concours, j'ai préféré faire (un peu trop) dur quitte à essuyer quelques petites critiques plutôt que de faire beaucoup trop simple et essuyer une avalanche de critiques du style " il nous a mal préparé au concours ". 
Je pense cependant avoir correctement remplit mon rôle et le rares critiques que j'ai pu avoir reconnaissaient cet argument.

Mais au S2, j'ai clairement essayé d'adapter la difficulté pour coller au concours surtout que le prof restait en poste

 

Je ne suis pas le seul à voir les tuteurs P2 comme des demis dieux !

 

Alors voilà, j'ai postulé pour reprendre le flambeau (ouaw la mission sacrée que j'ai remplie). Et oui, si le tuto existe c’est bien parce qu’il y a des tuteurs !

 

D’ailleurs pourquoi le tuto et pas une prépa ?

 

Après tout, j’aurai pu postuler dans mon ancienne boite à colle surtout que j’avais les classements pour. En réalité, je suis plus intéressé par l’esprit vraiment bénévole du tutorat qu’on n’a pas en prépa avec une mentalité plus pécuniaire. Même si au final cela dépend des prépas et bien que ça se ressente moins dans la mienne, une prépa reste une entreprise à but lucratif ce qui n’est ni bien ni mal mais pas désintéressé, démarche qui m’intéressais plus.

Au tuto on est bénévole en général (ou presque), il s’agit d’un vrai partage aucunement motivé par l’argent et on en retire une réelle satisfaction surtout quand on voit les yeux des P1 briller devant le beau, grand, magnifique tuteur qu’on est devenu.

Après, j’ai retiré une vraie expérience de vie à faire partie d’une association, d’avoir des responsabilités, des centaines de personnes comptant sur soi, partager et aider ces dernières. Et puis, ça m’a permis aussi de rencontrer du monde.

Bref en sommes (quoi je me répète dans la formule de conclusion ?), on a tous tout plein de raisons à vouloir intégrer et contribuer au tutorat.

 

  1. Quelles sont les missions du tuteur ?

 

 

Le tuteur doit fabriquer ses colles en respectant une mise en page très stricte et en les relisant ou les faisant relire un maximum pour éviter les terribles et horribles erratas (quand c’est le cas on te tombe dessus si fort que tu croirais être écrasé par un troupeau de Pacessus Elephantus terribilus).

Il faut aussi relire les colles des autres pour limiter la casse au max. Mais ce n’est pas toujours simple, on peut parfois se lire et se relire, des erreurs bien malignes peuvent tromper notre vigilance et se faufiler de si et de là.

 

 

Après il ne faut pas oublier qu’on reste humain et faillibles surtout que des erreurs il y en a très peu au vu de la quantité globale de propositions, très très peu. 1 ou 2 fautes sur une proposition de 1 QCM sachant que la colle en compte 45 (multiplié par 5 propositions) pour une colle d’anatomie par exemple, c’est rien.

Ensuite faire une colle ça implique de la corriger. Il faut donc écrire une correction qui sera distribuée à tous puis la corriger à l’oral (3 séances de corrections par semaine après une colle chez nous sur le midi).

Et il y a aussi le concours blanc à chaque semestre qui demande un soin particulier (avec la plupart des PACES qui le font, savoir que chaque phrase que tu vas écrire sera lu par des centaines et des centaines (environ 1500) de personnes, c’est juste whaou ! (comme les crêpes, bon ok j’arrête les blagues pourries, je ne veux pas avoir le service d’hygiene sur mon blog pour me dire qu’il a dépassé la DLC)

Il faut répondre aux emails, le plus rapidement possible, même à noël ! Car en P1, on stresse pas mal et on a vraiment envie d’avoir une réponse le plus vite possible !

Il faut aussi faire des fiches, des QCM bonus etc qui seront mis en ligne sur la plateforme pour les inscrits au tuto. Et animer des séances d’exercices (et devoir se déplacer dans l’annexe de notre fac ce qui est particulièrement sympa surtout quand on a la flemme. Mais tout le monde à le droit chez nous à la même préparation. Question d’équité, c’est normal !)

On est tuteur donc on représente le tutorat à l’extérieur. Que ce soit à son ancien lycée, à la journée des portes ouvertes de la fac ou dans les salons étudiants (j’ai adoré cette partie du travail de tuteur, de parler avec les futurs P1 ou leur parents, leur présenter la PACES et le tuto en ayant une vraie connaissance du sujet !)

Enfin, il faut participer au fonctionnement du tuto en faisant des permanences, préparant les amphis et surveillant les colles (donc distribuer les feuilles, les ramasser, être là en cas de pépin) qui sont hebdomadaire (mais le plus souvent ça ne sera qu’une semaine sur 2 car on ne surveille que sa matière).

 

  1. De quoi je m’occupais ?

 

 

Ahhh enfin une réponse courte. Vous avez des petits yeux fatigués ? Ça tombe bien (oui oui vous ne rêvez pas je me réjouis de votre malheur mouhahah), la réponse durera qu’une seule et unique phrase (pour une fois) ^^

Je m’occupais de l’UE3 (physique) en optique au S1 puis la pH métrie au S2

 

  1. Est-ce que ça m’a demandé du travail ?

 

Oh oui ! E-nor-mé-ment ! Je ne compte plus les heures passées devant l’ordi à inventer des exercices (bien plus dur que les résoudre en fait), des fiches, des QCM bonus, des séances d’exo, répondre à des vagues de questions par mail. Oui j’y ai investi du temps. Mais je ne m’en plains pas (enfin si un peu vous me connaissez j’adooore me plaindre et ça sera surement le cas dans le prochain article !)
Et puis je vous l’ai déjà dit, j’en ai retiré beaucoup de choses.

Même si je ne m’attendais pas à autant de travail (on ne s’en rend pas forcément compte en P1, ou bien on s’en fou, on veut juste avoir son concours), je savais que j’allais devoir y passer du temps. Alors j’ai clairement postulé en connaissance de cause !

 

  1. Qu’est-ce que j’en ai retiré ? 

En tout cas peu ou pas d'argent, ce n'était pas ce qui m'intéressait.

 

Un plus grand sens des responsabilités, une satisfaction personnelle ainsi qu’une expérience «  professionnelle ».

 

  1. Pourquoi recommencer ?

 

C’est vrai que j’ai pris pas mal de temps sur mon temps libre. Temps que j’aurai pu consacrer à faire bien d’autres choses (pas forcément utiles comme ne rien faire devant une série par exemple mais bon chuut, passons).

Déjà je ne regrette pas cette première année d’investissement. Mais surtout j’ai un sentiment d’appartenir à une organisation, de construire quelquechose et on a envie dans ces cas-là de la voir se développer ! Et justement, j’avais plein d’idées pour améliorer et faire croître notre tutorat et certaines ont été reprises. Et l’année prochaine, tout en continuant à être tuteur je vais occuper un poste qui m’aidera à les appliquer et à les faire transmettre pour qu’elles deviennent des améliorations actées et définitives !

 

  1. De nouveaux rôles l'an prochain ?

 

 

Et justement pour tout mettre en œuvre, je vais occuper un poste avec plus de responsabilité. Je reste tuteur d’UE3 et je m’occuperai l’an prochain spécifiquement des séances d’exercices. Mais je passe aussi au bureau en tant que VP exo et je m’occuperai de coordonner ces dernières (impressions, réservations de salles, animation avec les tuteurs des matières concernées).

Et le fait d’être au bureau me permettra d’avoir un œil dans toutes les décisions importantes sur l’organisation du tuto et d’y glisser mon avis ainsi que de participer au fonctionnement. Tout en changeant de la tâche dont je m’occupais l’an passé.

Et être tuteur de vraies séances d’exos (ce qui n’existait qu’à moitié voir pas du tout avant cette année) me permettra d’être beaucoup plus en contact des P1 et de les aider car répondre virtuellement à des mails c’est pas passionnant (car assez peu de personnes venaient en correction orales qui sont facultatives d’autant plus qu’on s’efforce de réaliser des corrections les plus détaillées possibles).

Enfin, je passe tuteur coordinateur en UE3, autrement dit, je vais m’occuper de mettre en page les colles, organiser l’UE3 dans tout ce qui est administratif.

Je vais donc vivre une expérience différente de celle de l’an passé en changeant de poste et ça me plait !

A vrai dire ça a déjà commencé depuis la fin de l'année universitaire puisque j'ai participé au recrutement via des entretiens et que je suis déjà en train d'organiser l'année prochaine avec le bureau (en plus d'avoir passé des heures et des heures à préparer des séances d'exercices de physique et leur correction !). Car oui, le tutorat, c'est beaucoup, énormement d'organisation. Pour être au top, il ne faut pas faire de la dernière minute mais assigner les rôles à chacun de manière claire et précise et tout bien préparer pour tout optimiser au mieux. Ça non plus, on ne s'en rend pas vraiment compte en P1 mais il y a beaucoup de chose qu'on ne voit pas.

Par exemple pour une colle, le tuteur a du la préparer, la relire/corriger puis l'envoyer à un second tuteur qui va assembler les multiples parties de la colle que les autres tuteur de sa matière lui ont donné. Puis, ce dernier doit la passer à l'avance au bureau qui va s'occuper de l'imprimer à l'avance, la stocker en attendant le jour J dans l'amphi qui a du être réservé au préalable ! Et tout ça demande une certaine rigueur au niveau de l'organisation et des delais.

 

  1. Continuer en D2 ou arrêter ?

 

 

Malheureusement, la D2, c’est synonyme de début d’externat. C’est déjà l’année prochaine (faudra vraiment que je fasse un billet pour en parler de cet externat, il va arriver siiii viiiite !!!).

Et pour le coup, c’est le début d’une nouvelle vie avec beaucoup plus de stage et de travail personnel aussi avec la préparation du concours de l’ECN. Autrement dit mon temps perso va se réduire drastiquement et je n’aurai pas l’envie ni le temps de l’investir uniquement dans le tutorat. C’est pour cela que tous les tuteurs ou presque arrêtent le tuto à ce moment et passent le relai (d’où l’importance de nouvelles recrues). Et oui c’est une association très vivante et tournante !

J’aimerai bien continuer à garder un œil sur le tuto, éventuellement filer ou un deux coups de main mais je ne pourrai pas en faire beaucoup plus si je veux garder la tête hors de l’eau.

 

  1. Mon ressenti global vis-à-vis de cette expérience ?

 

 

Je ne regrette absolument pas, ce fut une expérience très enrichissante et si c’était à refaire je le referai ! Et ça tombe bien je continue l’an prochain !!!

tutorat travail PACES

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

×