fatigue

Une journée à oublier

 

J’écris. Oui j’écris et je sais pas trop pourquoi. Pourtant j’ai pas envie d’écrire là. Pas trop, pas du tout même. Clairement aujourd’hui fut une journée de merde. Du début à la fin. Sans interruption. Enfin si, une petite parenthèse de 2H à la salle de sport qui m’a empêché d’éclater.

Ce matin, réveil tardif. 7H50, j’ai pas réussi à sortir du lit. Tu sais là oui quand tu es bien au chaud, épuisé et que tu ne veux/peux pas te lever alors que ton réveille te réveilles ou plutôt essaye de te réveiller depuis plus d’une demie heure. Sans succès, tu es en mode veille. Pas complètement éteint, pas complètement réveillé. Ni complètement levé, ni complètement allongé. Tu planes, entre deux mondes. Sauf qu’un des deux, celui des songes te parait bien plus attractif que la vraie réalité. Quoi que vivons-nous dans une réalité ou dans notre réalité ? Peut-on parler de réalité tout court ? Vous voyez, je commence à partir en mode rédaction de dissertation de philo. Je file pas un doux coton là hein, c’est bien la preuve que mon cerveau divague. VAGUUUEEE !!! Bah oui quoi, je dis vague… Bon pardonnez-moi vous voyez je suis fatigué. Autant mentalement que physiquement. Il est 22H environ, accident de personne sur la voie. Train bloqué depuis plus de 3H. Fatigue. Dans ces cas là, c’est marrant tu ne penses plus qu’à toi. A peine vaguement (oui je surfe sur la blague qui prend l’eau…) à l’accident. Aux personnes blessées ou bien est-ce un suicide ? Quelqu’un qui n’en pouvait tellement plus au point de considérer la mort préférable à une vie de souffrances ? Bref relativisons mon état, c’est juste un peu d’épuisement moral.

Et comme je disais, dans ces cas là, c’est incroyable la façon dont on se désolidarise. On ne pense pas aux victimes mais au temps qu’elles nous ont fait perdre. Ohhh encore un mec qui s’est suicidé ! Il aurait pas pu le faire après que j’ai pris mon train ? Quel con celui-là !!! Voilà en substance ce que la plupart des gens se disent.

Lire la suite

Le jour se lève

Récit d’une journée type de ma paces, entre peines, joies et découragements 4/4

Pour lire le 1er billet, le deuxième billet, le troisième billet

Lire la suite

Nuit et jour

 

Ou pas copie

Récit d’une journée type de ma paces, entre peines, joies et découragements 3/4

Pour lire le 1er billet, le deuxième billet

Lire la suite

Nuit ou jour

Paces copie 1

Récit d’une journée type de ma paces, entre peines, joies et découragements 1/3

Lire la suite

Des semaines tutoresques 2/2

Alors pour me détendre autant que pour détendre les P1, j’ai fait quelques QCM bidons. Petit florilège de mes QCM à la con et 2-3 QCM normaux pour vous donner une idée de mon travail

Lire la suite

Des semaines tutoresques 1/2

Est-ce que tout le monde a un sujet ? Je répète, est-ce que tout le monde a un sujet ? Dans ce cas l’épreuve peut commencer ! Vous avez 40 minutes !

Et c’est sur ces mots prononcés que la première épreuve du concours blanc a commencé. UE1, chimie organique et atomistique. Un programme à atomiser n’importe quelles papilles. Sauf que cette année, je suis de l’autre côté. Et je regarde les étudiants se mettre à plancher sur leur sujet. Ils sont plus d’un millier à être venu participer à cette grande fête collective. Dispatchés à travers les amphis. Comme des petites cartes d’un immense jeu dont le vainqueur connaîtra les joies et peines de la P2 ! Bienvenue au concours blanc de mon tutorat !

Lire la suite

Les premiers jours

Amphi 600

Les premiers jours furent difficiles, très difficiles. Je me sentais complètement perdu comme les nouveau conquistadores au milieu d’un nouveau monde qu'il allait falloir coloniserNouveaux amphis, nouvelles têtes, nouveaux cours. Je crois que je n’ai jamais autant pensé à ce mot ! J'avais crus venir avec des lames affutées (mon bac ou le stage de pré rentrée) mais je me retrouvais face à de véritables pistolets. Le gros choc de civilisations quoi ! D’ailleurs j’aurai pu/du mettre comme titre d’article le début de la fin. Ça aurait été bien plus réaliste !

 

Lire la suite

Le stage de pré rentrée

Stage pre rentree

Ça y est ! Le jour de la rentrée ou plutôt le glas de la rentrée a sonné ! Enfin, plutôt celui de la pré rentrée. Alors, en bon petit paces consciencieux, j’avais décidé d’arriver avec mes lames déjà affutées pour découper tous mes autres concurrents ! Parce que oui, j’étais dans cet esprit-là au début. Au début seulement

Enfin, ne plaçons pas la charrue avant les bœufs. Je vous restitue le contexte : J’ai 17 ans et viens d’avoir mon bac plutôt brillement. Sans modestie vraiment car plus de 19 de moyenne avec les compliments du jury ça reste rare. Alors bien sûr j’étais très confiant dans mes capacités. Trop... Pour moi, l’échec n’était tout simplement pas envisageable. Ça serait dur oui, mais j’y arriverai au bout du compte, ça j’en étais AB-SO-LU-MENT persuadé. En fait je n’avais aucune idée dans quoi je m’engageais. Parce qu’en fait, on a beau te dire que c’est dur, on ne s’en rend vraiment compte que quand on le vit soi-même.

 

Lire la suite

Des mois d'enfer

La PACES : Première Année, Couleuvres Et Sacrifices tu devras avaler (beuhh)

Paces 2

Il y a tellement de choses à raconter sur ma PACES que je ne sais même pas par où commencer. Enfin, bon commençons par le début. Oh puis non par la fin tiens ! (observez la vulgaire tentative pour essayer de se démarquer des autres blogs !).

Certains vous diront que cette année a été dure mais enrichissante, qu’ils ne regrettaient absolument pas d’être passé par là etc etc… Moi, pas ! Du moins pas encore. Ce que je retiens pour le moment de ma PACES, ce sont des mois et des mois de souffrance, de travail non-stop, de stress, de fatigue, de moral en vague balloté au grès des classements. Un peu comme s’il y avait dans ma tête l’indice boursier du CAC-40 (mon moral)  indexé sur la bourse de New York (mes résultats aux colles). Mais ce dernier avait plutôt tendance à partir à la baisse au fil du temps et celà malgré la bonne santé outre atlantique (ce qui n'arrivait pas si souvent d'ailleurs).

 

Lire la suite

×