La liberté d'installation en péril

  • Par docjunior
  • Le 22/10/2016
  • Commentaires (2)

(dessin @Vie de Carabin)

 

J'ai fait une vidéo au sujet du dernier amendement déposé à l'assemblée nationale lors du PLFSS 2017 qui supprime la liberté d'installation. En voici la retranscription écrite, n'hésitez pas à donner votre avis qu'il soit d'accord ou non avec le mien :

1. Les faits et l’amendement

 

Yosh Yosh les amis. Alors aujourd’hui, on va parler de liberté d’installation et de loi. Alors justement de quelle loi ? De le projet de loi de finance de la sécurité sociale 2017 (ou PLFSS pr les intimes ou si on a envie de faire le mec qui se la joue).

Alors là on est devant son PC, et vous êtes juste en train de vous demander : mais ce quoi ce truc ?

 

Qu’est-ce que le PLFSS ?

 

 

Bah c’est assez compliqué (et j’avoue que je pige pas tout mais bon en France quand on peut faire compliqué on met les 2 pieds dans la mare). Dooonc en gros depuis février 96 (ouais ça date, j’étais à peine né à cette époque), tous les ans les députés votent une loi vers octobre/novembre qui fixe un objectif national de dépense de l’assurance maladie avec la prévision de recette et ce qu’on veut dépenser.

Et par la même occasion on y dit comment on veut y arriver, par quels moyens, de quelle manière ça va se passer etc

 

Passons aux choses sérieuses

 

 

Jusqu’ici tout va bien. Sauf que c’est maintenant que les choses se compliquent. Le projet de loi a été déposé le 5 octobre et il sera discuté au parlement du 25 octobre au 2 novembre en faisant comme vous avez appris dans votre cours d’éducation civique (pour moi ça date, quoi je suis vieux ? Nan) la navette entre assemblée et sénat. Là les petits malins ils vont me demander : Mais entre le 5 et le 25 y se passe quoi ?

Et bien il y a des commissions, ou les députés proposent de modifier le texte en l’amandant. Retirer des articles, en ajouter d’autres ou en modifier. Puis on vote pour accepter ou rejeter ces amendements. Et là on va parler d’un amendement qui date du 19 octobre (vous voyez c’est tout récent, c’est tout frais bah c’est comme le lait qui vient d’être trait et comme on dit faut battre la crème tant qu’elle est encore chaude pour ne pas avoir la chantilly nous montant au nez T’a rien pigé ? Ok c’est promis je vais essayer de pas te te perdre). Et qui a été adopté.  

 

Et y dit quoi ce dernier amendement ? Ahh suspens

Voici l'amande de Mans en question !

 

Et bien pour faire court en gros tu peux t'installer où tu veux, mais si tu vas à un endroit où il y a "déjà" (selon les ARS : Les agences régionales de santé) trop de médecins, tes patients ne seront pas remboursés par la sécu. C’est ce qu’on appelle le conventionnement sélectif en zones surdenses #FUN

En fait il y a 3 secteurs. Le secteur 1 ou le médecin applique le tarif de la sécu, le patient est totalement remboursé. Le secteur 2 où le médecin peut faire certains dépassements d’honoraire s’il considère que son travail mérite une plus grande reconnaissance (pour un tas de raison).Du coup la SECU ne rembourse pas tout, c’est au patient de payer ces dépassements. Enfin, il ya le secteur 3 ou la SECU ne rembourse rien quel que soit le tarif qu’applique le médecin.

Ce dernier est alors dit hors convention (la convention c’est la grande réunion entre l’assurance maladie et les syndicats libéraux qui fixent un tas de chose dont les tarifs)

Donc ces médecins hors convention auront des patients non remboursés !

 

Pourquoi cet amendement ?

 

 

Parce qu’en effet les choses vont mal. Les derniers chiffres publiés en juin 2016 par l’Ordre des Médecins sont particulièrement alarmants (ça clignote de partout ya une alarme qui retenti vous l’entendez ou pas ?), notamment pour la médecine générale et certaines spé. 97 000 MG en 2007, contre 89 000 Début 2016, 89 000 soit 8 000 en moins !

Selon les projections ça sera encore pire dans 10 ans avec le départ à la retraite d’un médecin généraliste sur quatre. Du coup Si les zones rurales sont particulièrement en souffrance, la désertification médicale touche également les zones péri-urbaines, et même parfois le cœur de certaines grandes villes.

Alors il y a 2 options : soit inciter soit forcer les médecins

Et ici la rapporteuse ANNIE LE HOUÉROU a beau dire qu’il y a toujours une liberté d’installation, on va pas se mentir ave cet amendement cohercitif, il y en a plus !

 

Les arguments je sais que vous les aimez alors il est temps d’en envoyer !

Pourquoi cette mesure cohercitive n'est pas une bonne mesure, ni pour les patients, ni pour les médecins ?

 

A priori, ça semble très facile de taper sur les «  méchants médecins » qui veulent juste se faire du fric sur le dos des gens (fameux serment d’hypocrite), ne se soucient pas des patients, dont les 10 ans d’études sont payées par la société, qui fuient les campagnes et qui l’on bien cherché et dont le sort n’est pas à plaindre. On voit régulièrement des commentaires de ce genre sous les articles de presse en ligne. Caricature de la caricature de la caricature. Sombre portrait hein.

Sauf que voilà ce n’est pas aussi simple…

 

1- Les campagnes

 

 

Les Français exigent de leurs médecins un sacrifice personnel et des conditions de travail ou une protection sociale que peu seraient capables d’accepter pour eux-mêmes.

Qui a envie de s’installer dans une zone sans services. Pas de gare pour voyager, pas de commerces, pas de loisir pour sortir s’amuser, boire un verre, voir un film, un mauvais réseau internet et mobile, pas de poste, pas de transports en commun, pas d’école pour éléver ces enfants…

 

@VDC

 

Et on s’étonne que personne n’ait envie d’y aller. Ne faudrait-il pas équiper d’abord ces territoires avant d’y amener de gré et de force des personnes n’ayant pas envie de s’y installer ? En fait, on demande aux médecins de pallier le désengagement de l’état dans ces régions.

 

@VDC

 

Car le début de carrière n’est clairement pas un moment facile, c’est la plongée dans le grand bain, ou on essaye d’éviter la noyade sauf que cet amendement nous plonge la tête sous l’eau.

Surtout après de longues études où les futurs médecins travaille avec une faible rémunération à l’hôpital en tant qu’externe à mi temps 200 euros/mois puis interne 60h par semaine au smic horaire après avoir passé en 6ème année un second concours. Avec 120 000 euros en moyenne pour la collectivité (secretaire, brancardier, médecin etc), les études médicales sont largement remboursées. En plus une bonne partie des études en France sont aussi payées par la société. Est-ce que pour autant ? Leur demande ton la même chose ?

 

Maintenant on va dire : Mais quel égoïsme ! Le médecin ne devrait-il pas soigner tout le monde et surtout partout.

 

C’est vrai qu’autrefois on avait un médecin dans chaque village, disponible à n’importe quelle heure pour se déplacer chez les patients et entièrement dévoué. Mais la société évolue et ce n’est plus le cas de nos jours. Doit-on pour autant blâmer les médecins d’avoir envie de se construire une vie. D’être d’abord humain avant d’être médecin, tout en essayant au mieux de pratiquer sa profession ? Faut-il sacrifier sa vie pour sauver celles des autres ? Peut-on bien exercer son métier sous la contrainte d’un lieu imposé ? Pourtant un MG travaille en moyenne plus de 50H par semaine, sans compter des gardes de permanence de soin, la paperasse encore accrue par la dernière loi santé. N’est-ce pas déjà beaucoup ?

 

@VDC NB : il s'agit d'un fait d'actualité plus ancien. Cf plus bas, le lien vers un autre article du blog où un interne évoque ce fait dans sa lettre ouverte.

 

En fait il ne s’agit même pas d’une question d’argent puisqu’un médecin aurait largement assez de travail mais plus de condition de vie.

Mais il faut aussi faire remarquer que les déserts médicaux ce ne sont plus que les campagnes mais aussi les villes ! Même certains arrondissements de Paris ! Les questions sont plus à aller chercher au niveau de la formation où parfois on ne fait que 3semaines de stages en tout et pour tout en MG insuffisant pour susciter des vocations. Mais ce problème d’attractivité et de crise des vocations est un autre débat.

Quoi que…

 

2.  Cette mesure ne marchera pas !

 

 

- Il faut savoir que Les mesures coercitives à l’installation des médecins se sont révélées inefficaces dans les pays qui les ont expérimentées et à mon avis ça va pas vraiment améliorer les vocations

Puis faut savoir qu’on a jamais eu un taux d’abbandon si important dans ces études. Je le vois autour de moi avec des personnes qui doutent, se demandent s’il faut continuer mais suffit aussi de chercher sur internet. La preuve avec la dernière vidéo de Laura Advice qui m’a fait énormément réfléchir et où elle décrit les conditions de vie des externes, puis des internes ne permettant pas de s’épanouir intellectuellement ou de souffler !

Faut aussi savoir que 25% des étudiants ne deviendront jamais libéraux, et que parmi les MG qui s’installent, au bout de 5 ans, 60% d’entre eux abandonnent découragés et préfèrent se tourner vers le salariat.

 

- Autre problème, surtout qu’on va encore perdre des médecins dans les prochaines années.

 

Les nouveaux qui arrivent ne sont juste pas assez nombreux pour remplacer les anciens ! On comprend donc qu’en fait et c’est là toute l’arnaque, les zones c’est que finalement les zones surmédicalisées sont pas si nombreuses que ça contrairement aux zones dont la couverture médicale est insuffisante sachant que notre population augmente et vieillit  ce qui nécessitera de plus en plus de soins. En 2007 on avait 62M d’habitant dont 16,5% de plus de 65ans et en 2030 on sera plus de 68,5M pour  23,5% de plus de 65 ans soit + 5,8M en plus sur l’augmentation totale de 6,5M d’habitants. C’est énorme vous vous rendez compte ?

Mais ça tout comme l’insuffisance de medecin on aurait du anticiper. Résultat, alors que les prévisions montrent depuis des années ces problèmes risquant d’arriver, rien n’a été fait pour le corriger et on se retrouve avec le problème sous les bras obligé d’embaucher des médecins étranger pour des fortunes en mission.

 

- Une autre fausse bonne idée serait d’obliger tout jeune médecin à travailler quelques années 3-4-5 ans en début de carrière dans un désert médical.

 

Après tout pourquoi pas, on le fait déjà avec certain fonctionnaires par exemple nommés à certains endroits. Sauf que là encore fausse bonne idée. Car le médecin généraliste n’est pas aux 35H, n’a pas de congés payés, et a 90jours de carence s’il tombe malade avant de percevoir une aide de l’assurance maladie sachant qu’il doit tout de même continuer à payer ses charges pendant ce temps ! Les charges représentent en moyenne 46% de ce que gagne un médecin au total !

Et deuxièmement on repousse le problème car après avoir fait son temps, le jene médecin partirait, donc pas de relation personnelle avec les patients changeant de médecin régulièrement

 

Du point de vue du jeune médecin, c'est pas top.

 

Tu as fini tes études, tu as presque 30 ans (voire plus) et tu dois encore attendre 5 ans de plus pour commencer à construire ta vie, avoir ton cabinet à toi, te faire une patientèle, envisager d'avoir des enfants (car si tu en as maintenant et bien il faudra les faire déménager avec toi et ta femme, si elle même est pret à déménager et en attendant tu n'as pas d'école de proximité pour eux donc encore des tracas). D'ailleurs pour ta femme si tu en as une, elle ne voudra/pourra pas forcément te suivre, quid des femmes médecins avec des hommes médecins qui seraient là carrément contraint sur 5 ans (c'est long 5 ans) de se séparer.

 

Mais ça ne l'est pas non plus du point de vue du patient.

 

au delà de nous qui aimerait avoir pour médecin généraliste quelqu'un dont on sait qu'il ne sera plus là dans 5 ans. Pas génial pour une relation de confiance et un suivi sur le long voire très long terme (à moins de déménager pour suivre le médecin ^^).. Après on pourrait toujours dire que c'est mieux que rien oui. Mais c'est vraiment une solution pas si efficace et plutôt basée sur le court terme.

 

3. En fait, on le comprend maintenant ce n’est pas qu’un problème médical mais autant  social et humain que général.

 

La désertification appelle des réponses multiples et complémentaires, innovantes, qui imposent de changer de modèle organisationnel, de travailler notamment sur les questions de formation et de statut. Bref de réformer en profondeur de notre système de santé sans mesurettes isolées.

 

4. C’est encore donner du pouvoir aux ARS.

 

Vous souvenez vous de la loi santé avec le Tiers payant qui fait que l’ARS peut décider de couper les vivres au médecin, si jamais celui-ci ne fait pas les choses comme elle l’entend ?

Ben là c’est leur donner encore plus de force ce qui déséquilibre le rapport médecin/ARS ? pas sûr qu’avoir des médecins inféodés à une organisation et plus libres soient une bonne chose non ?

 

5. Ce sont aussi les patients qui vont en pâtir.

 

Comme je l’ai expliqué ils ne seront plus remboursés et devront sortir de leur poche la consultation. Ce qui n’arrangera pas non plus le médecin qui verra sa patientèle fondre. On va donc pousser les médecins à s’hyper spécialiser ou exercer une médecine alternative pour trouver des éléments de type marketing afin d’exister hors convention. Clairement, en tant que futur médecin, je ne veux pas de cette médecine-là.

 

On remet sérieusement en cause le système de solidarité nationale au profit d’un système assurantiel individuel, les mutuelles remboursant en partie ce que la Sécu ne remboursera pas.

 

6. Le plus grave c’est d’apprendre ça à la dernière minute !

 

 

Sans concertation aucune mis devant le fait accompli ! Ce manque de consultation préalable témoigne d’un déni clair et net de démocratie et on peut être clairement excédé que les associations étudiantes, syndicats ou conseil de l’ordre n’aient même pas été consulté. L’adoption définitive de l’amendement serait un passage en force incroyable !

 

Est-ce que ça veut dire qu’il y a rien à faire ? Baisser les bras ? Non bien sûr. Outre les différents dispositifs existant comme le CESP (en gros on te donne de l’argent pendant un certain temps lors de tes études et en contre partie tu t’engages à exercer en zone sous médicale), les maisons de santé pluridisciplinaire à la campagne ouil faut faire quelques km pour trouver tous les professionnels de santé réunis au même endroit pour en service qualité sans devoir se déplacer de part et d’autre pour des examens complémentaires ou des soins infirmiers.

 

Il y a des pistes qui existent même si la solution miracle, elle n’existe pas.

 

Par exemple réAggir propose :

2/ Découvrir les territoires au cours de la formation initiale

3/ Réfléchir de manière globale à la dynamique des territoires

5/ Travailler avec les autres professionnels pour diversifier l’offre de soins

6/ Sécuriser les débuts de l’exercice

7/ Rendre possible une installation rapide après les études

8/ Permettre la mobilité

9/ Anticiper les effets des décisions touchant à l’organisation des soins

10/ Clarifier les démarches à l’installation et les aides disponibles

 

Hé bien voilà, quant à moi mon opinion est faite, je vous conseille de vous faire la vôtre et pour cela, je mettrais en descriptions tous les documents que j’ai lu et décortiqués pour préparer cette vidéo entre les chiffres, certaines idées, à vous de réfléchir sur le sujet.

Et sinon, on oblige quand les avocats, les électriciens, les boulangers, les coiffeurs, les plombiers, les écoles (ah non on les ferme...) à s'installer en zone de "désertification" ?

J’attends vos avis et vos commentaires, hésitez pas à liker et surtout partager la vidéo pour le coup c’est important à mon avis et quand à nous on se dit à très bientôt pour de nouvelles vidéos pour vous aider à devenir de futurs Doc Junior

Allez salut !

 

Liste d'une partie des articles ayant servi à préparer cette vidéo

 

1- L'amendement en question : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/4072/CION-SOC/AS419.asp

 

2- Le projet de loi de financement de la sécurité sociale à l'origine du 5 octobre 2016

http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl4072.asp

http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/projets/pl4072-ei.pdf

 

3- Qu'est ce que les LFSS https://www.senat.fr/role/fiche/loi_secsoc.html

 

4- Vie de Carabin qui croque en BD son point de vue sur la liberté d'installation : http://etudiant.lefigaro.fr/vie-etudiante/news/detail/article/les-deserts-medicaux-croques-par-vedece-19773/

La page facebook de Vie de Carabin avec encore plus de dessins sur l'univers de la médecine et des études médicales : https://www.facebook.com/VieDeCarabin/

 

5- Quelques articles en vrac dans les médias

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/10/19/20002-20161019ARTFIG00269-les-deputes-veulent-restreindre-la-liberte-d-installation-des-medecins.php?pagination=2#nbcomments

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/deserts-medicaux-la-liberte-d-installation-des-medecins-pourrait-etre-limitee-7785369793

http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/18062-Medecins-des-deputes-veulent-limiter-la-liberte-d-installation

 

6- Le communiqué de l'ANEMF (Association Nationale des Etudiants en Médecine de France)

https://twitter.com/ANEMF/status/788789298321616901

https://www.facebook.com/anemf.org/posts/10154663827363923

 

7- Le communiqué de l'ordre des médecins

https://www.conseil-national.medecin.fr/node/1909

 

8- La lettre d'un interne qui explique pourquoi la médecine générale n'attire plus

http://docjunior.e-monsite.com/blog/lettre-d-un-interne-au-maire-de-la-roche-derien-1.html

 

N'hésitez pas à donner votre avis ;-)

Si vous voulez voir la vidéo, rendez vous ici sur ma chaine YouTube : 

https://www.youtube.com/watch?v=Xt-CoBrghFs

médecine réflexions système de santé politique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

docjunior

Merci de votre témoignage Martine. En effet oui et il me semble en avoir parlé dans l'article et dans la vidéo il n'y a pas qu'en campagne qu'on manque de médecin. D'ailleurs Pascal Perri en a également parlé, Paris est un désert médical, c'est pourtant la plus grande ville de France !
Ce que je trouve dommage c'est qu'on oppose le point de vue des médecins à celui de la population alors qu'on devrait apporter une réponse multimodale et faire converger les intérêts de tout et chacun. Or ici on est prévenu que très peu avant avec l'amendement sur la table. Et ce n'est pas pour autant qu'on ne pense qu'à soi, bien sûr si l'on souhaite exercer cette profession, c'est qu'il s'agit d'un choix mûrement réfléchit et mûri depuis de longues années (en tout cas pour ma part)bien que ne sachant pas encore vers quelle spécialité me tourner.
Vous me demandez pourquoi ? Et bien je n'ai pas toute la réponse mais on manque de formation vers la médecine générale alors que tous nos stage ou presque se déroulent en milieu hospitalier. Dès lors choisir de devenir médecin généraliste revient à faire le saut dans l'inconnu, dans un milieu inconnu, dans un territoire inconnu. Déjà rien que ça explique en partie le pourquoi du comment et je ne pense pas que cet amendement va arranger les choses. Il donne encore moins envie de devenir généraliste si l'on ne peut plus avoir un minimum de liberté. Ensuite pour ma part, je pourrai envisager de m'installer en tant que généraliste mais ça peut faire peur, sans compter les charges, la paperasse, je me sens pas armé pour affronter cela (enfin c'est dans longtemps encore). Et autre limite que je me poserai serait de soigner, d'aider mais pas au détriment de ma santé et de ma vie. Or en allant dans un désert médical je m'imagine mal la pression auquel on serait confronté, devoir refuser des patients et leur dire stop je veux vivre alors qu'ils sont en besoin de soins, c'est juste, juste très très difficile j'ai du mal à m'imaginer faire ça. Je sais pas si je m'exprime comme il faut et que j'arrive à faire passer ce sentiment de déchirement intérieur qu'on peut ressentir...

Je vous remercie en tout cas d'avoir pris le temps de poster ici votre expérience. Bon courage pour tout !

CLARET Martine
  • 2. CLARET Martine | 25/10/2016

Bonjour DocJunior,
Pour apporter mon témoignage sachez que ce n'est pas seulement dans les campagnes qu'il y a un manque des médecins. En effet habitant le 06 dans la petite commune de La Colle sur Loup (plus de 8 000 habitants) qui se situe au sud de Saint Paul de Vence il y a un manque de médecins et le maire a annoncé dans les années à venir la création d'un centre de soins. Actuellement le "meilleur" médecin généraliste de la commune qui fait partie d'un cabinet de 3 médecins, impose 3 semaines d'attente pour avoir un rendez-vous : c'est insupportable. Nous étions (mon mari, nos 2 enfants et moi) clients de 2 médecins dans la commune proche de Villeneuve-Loubet mais ils sont partis en retraite et pas remplacés. Egalement à La Colle sur Loup 2 médecins partis en retraite pas remplacés et c'est ainsi à Saint Paul de Vence ! Pourquoi ? je ne comprends pas ce n'est pas Cayenne quand même !! Sujette aux rhumes j'ai plus vite fait à me soigner seule que d'attendre 3 semaines un rendez-vous quand on sait qu'un rhume part seule au bout de 7 jours, et qu'avec des médocs il faut 1 semaine..... it's the same ! so what ! Du coup les urgences de la Clinique Saint-Jean toute proche de chez nous sur la commune de Cagnes sur mer, ne désemplit pas ! Bonne continuation à vous, et félicitations pour votre choix de profession pour votre beau métier. Bien à vous.

Ajouter un commentaire

×