D2

Ma 4ème année de médecine et le début de l'externat. Youhouuu (ou pas, on verra !)

Des batons et des roues


Hé ho toi !

Oui toi là ! Toi là haut !
Hé ho ! Je te parle !

Ahh bah c'est pas trop tôt ! Monsieur daigne enfin m'accorder quelques précieuses secondes de son temps.

Et de temps justement parlons en l'ami !

Je sais pas toi mais moi j'en manque ! Cruellement ! C'est terriblement frustrant tu sais !

Tu pourrais pas rallonger les journées de quelques heures, juste pour moi ?

Allez steuplait *yeux du chat potté* alleeeez ! Je ferai tout ce que tu voudras !


Non ?

Comment ça non ?

Non mais dis donc ! Pour qui tu te prends ? Tu ne te rends pas compte de l'injustice que tu me fais ?


J'AI UN BESOIN VITAL DE TEMPS MOI !!!

Car du temps j'en ai pas ! L'examen se rapproche et moi je fais du surplace !

J'aurai besoin de deux jours en un au quotidien.

Tiens regarde encore aujourd'hui :

- 8H : je me lève (et je te bouscule, tu ne te réveilles pas, comme d'habitudeee)
- 8H30 : ptit dej en famille
- 9H : passage à la pharmacie (l'overdose continue...) pour mon panaris du doigt.
- 9H40 : un peu de ménage
- 10H30 : au boulot après une pause
- 13H30 : je décide de prendre rdv à la maison médicale car mon panaris a empiré malgré les soins locaux...
- 14H : rdv administratifs chronophages
- 15H45 : rdv à la maison médicale (je n'ai pas mes cours, je suis arrivé un quart d'heure avant)
- 16H20 : rdv (car oui y'avait du retard ce qui est fréquent mais moi ça me fait encore perdre du temps, franchement j'aurai du prendre des cours)
- 17H20 : retour à la maison (home sweet home) après avoir fait plusieurs pharmacies (l'overdose de l'overdose là ^^ au secouuurs !!!) pour trouver les médicaments
- 18H : Après avoir bossé symbliquement vingt minutes, c'est parti pour la salle de sport, ça fait trop longtemps que j'ai pas bougé un peu
- 19H30 : sortie en famille au resto
- 21H30 : je rentre chez moi, je suis sensé bosser mais je suis juste claqué (vive les médocs et les journées à rallonge :/ )

Et moi dans tout ça JE TRAVAILLE QUAND BON SANG ?!!!

J'ai besoin de plus de temps, j'ai besoin d'être moins épuisé, j'ai besoin de journées tranquilles pour pouvoir bosser tranquillement et avancer !!!

Et toi là haut, fait pas ton radin et accorde moi plus de temps !

Ah mais tu ne veux toujours pas hein ? Ah mais toi, ça te fait rien n'est ce pas ? Mais moi ça me frustre tu n'imagines même pas !!!

J'ai la volonté mais pas le temps suffisant.

J'ai la motivation mais pas la concentration.

J'ai l'envie mais pas l'énergie.

J'ai la tête mais pas le corps.

Soit je cours à gauche à droite, soit je suis épuisé, soit je m'endors pour une sieste de 2 ou 3H, soit je me lève trop tard (et pas car je serais paresseux mais car je suis épuisé). J'ai vraiment l'envie de bosser mais ya toujours un truc indépendant de ma volonté qui m'en empêche !


Ce soir en particulier (mais assez souvent), je suis carrément frustré !

Je ne rêve que d'une chose, une bonne journée tranquille à bosser du matin au soir, sans devoir courir partout, ou je pourrais travailler confortablement sans me presser car je saurais que j'ai du temps pour étudier. Je ne demande que ça, pouvoir travailler en paix mais y'a toujours quelquechose qui ne va pas ! Toujours un grain de sable dans l'engrenage qui bloque la machine aussitôt lancée. Toujours un truc pour me freiner ! Alors oui, là, surtout ce soir, je suis terriblement frustré !

On dit souvent que le temps c'est de l'argent, et bien pour moi le temps c'est fatiguant et stressant. Je vois la jpournée passer petit à petit et malheureusement je n'arrive jamais ou presque à travailler autant que je le voudrais. En médecine, je trouve qu'on a vraiment un rapport particulier au temps, ça mériterait un article même...

En tout cas moi là, j'en ai ras le bol ! Je suis pris d'une frustration immense qui vient du plus profond de moi et m'enveloppe de dépit. Je suis agacé de ne pas parvenir à travailler assez et c'est pas comme si j'avais pas essayé !


Alors écoute moi bien toi le destin ! Si tu ne veux pas m'offrir un peu de temps, laisse moi au moins utiliser le peu de temps dont je dispose comme je l'entends.

Stp, destin, arrête de me mettre des batons dans les roues, tu ne me feras pas trébucher, alors s'il te plait, laisse moi avancer...

Un train de retard


 

Est-ce que ça vous est déjà arrivé vous de rater le train à ça près, un chouïa, un rien du tout ? Que vous vous dites, à zut si j’avais eu le métro ou le bus d’avant qui lui aussi m’a filé sous le nez je serai arrivé à temps, si y’avait pas eu ce mini bouchon, si l’ascenseur était arrivé plus vite, si… si… si…

Sauf que voilà, vous êtes là mais le train, lui, n’est plus là. Encore plus rageant vous avez peut-être déjà vu la locomotive démarrer, devant vous, les portes se fermer et vous êtes bon pour prendre votre mal en patience.

Moi ça m’est déjà arrivé quelques fois et c’est tout à fait rageant.


Sinon, perso avec ma carte jeune, le train c’est un moyen de déplacement que j’empreinte très souvent (pratiquement toutes les semaines) pour voyager jusqu’à chez moi ou un peu partout en France.

 

Tarif abordable grâce aux réductions c’est assez pratique comme moyen de locomotion (et avec les prix à la pompe qui grimpent on est encore plus gagnant, en parlant de voiture des fois je prends du covoiturage avec la célèbre appli dont je tairai le nom, bah oui je vais pas non plus faire de la pub gratuite comme ça hein ^^). Quoi qu’avec les dernières réforme ferroviaire j’ai bien peur pour mon porte-monnaie car je sens qu’avec des entreprises privées à but lucratif, soit la qualité du service va diminuer soit les prix vont augmenter (soit les deux à la fois *panique à bord*).
 

D’ailleurs je sais pas si vous avez vu mais l’augmentation des tarifs à déjà commencé. Là à la toussaint et aussi pour noël, les prix sont inhabituellement cher (et y’a pas que moi qui râle).


Enfin bref, je disais quoi déjà ?

(en fait je sais très bien mais faut bien que je fasse une transition *baisse la tête*)

Ah oui ! Donc, ça m’est déjà arrivé de rater le t


Et pour filer la métaphore j’ai l’impression désagréable que c’est à nouveau en train de m’arriver pour ce semestre. Ce qu’on doit apprendre est passionnant, mais très très pointu et complexe. On se mélange facilement les pinceaux. La quantité d’info à ingurgiter en peu de temps est colossale.


Et là, j’ai la sensation de voir le train des études se moquer de moi, partir sous mon nez en ricanant. Je tente désespérément de suivre le rythme, je fais de mon mieux, j’essaye de m’accrocher mais je n’y parviens pas. Je cours sur le quai mais le train accélère et prend de la vitesse. Je le vois s’éloigner peu à peu de moi, me laisser à la traine, en arrière. Alors je me bats et je redouble d’effort mais ça suffit pas.


En fait là en moyenne je travaille disons 4 à 5h par jour (des fois plus, parfois un peu moins mais si on prend la moyenne de tout ça fait environ 4 ou même plutôt 5 heures au quotidien devant mes bouquins). Sauf que pour les études de médecine c’est TRES insuffisant.

Vous me direz mais tu n’as qu’à travailler plus non ?

Sauf que voilà c’est difficile pour moi. Entre tous les trucs de la vie qui me prennent du temps (comme tout le monde au final c’est pas une excuse) mais aussi des trucs que je dois prendre et qui me font faire des nuits plutôt longues et dans l’aprèm, facilement entre 1H30 et 3H de sieste sachant qu’à 22H30 je suis épuisé et j’ai du mal à bosser et souvent je finis par m’endormir.

Ahh fichus effets secondaires ! Et c’est affreux l’aprèm après avoir mangé je me mets à bosser sauf que je finis inéluctablement contre ma volonté à m’endormir sur mon lit. Même à la BU quand en paces mes siestes étaient chronométrées et mon corps parfaitement minuté, je peux dormir facilement 3 quarts d’heure et être toujours fatigué après.

Je vois le train s’éloigner. Peu à peu, il prend de la vitesse et je ne parviens pas à suivre.


En ce moment j’essaye d’augmenter, de bosser le soir en plus mais c’est pas simple et je suis assez fatigué.

Heureusement que j’ai un stage qui à priori est pas trop fatiguant et avec des horaires cool car je peux pas me permettre de moins bosser durant le stage et je sens que ça sera pas simple niveau fatigue, mais il faudra tenir le coup.


C’est un peu de ma faute parfois, je pourrai travailler plus mais c’est aussi parce que je dors trop et ça j’y peux rien malheureusement. C’est frustrant au possible. Ça m’énerve au plus haut point tout ça. Car 5h hebdomadaires c’est insuffisant, il faudrait tourner autour des 7H (au minimum du minimum). Et comme par hasard, pile le temps de ma sieste forcée.

En ce moment je prends sur moi pour en faire moins, mais il n’empêche que derrière je le paye soit en fatigue soit comme hier, samedi, ou je me suis levé et il était déjà midi et demi ! (et ça m’a pas empêché de dormir encore après !!!).

Mais on va dire que j’ai réussi à augmenter un peu ma durée de travail. Après c’est aussi un choix. Je ne travaille pas pour finir en tête de wagon, major des ECN mais juste pour moi, avoir des connaissances, le but n’est pas de se tuer à la tâche mais d’avoir une vie équilibrée (ou au moins essayer) avec du sport des loisirs (mêmes conseils qu’en paces en fait mais en plus cool la vie tout de même, beaucoup plus cool mais même en P1 il faut se garder des moments de pause, faire du sport etc…, là c’est pas pareil que la P1, ya pas le stress du concours, c’est différent mais faut aussi beaucoup travailler, puis aller en stage.


Donc un choix oui, mais j’ai pas choisi de perdre 2h par jour à dormir au lieu de bosser. Mais pour ce qui est de ne pas travailler de 8h à 23H là oui, avec ce que j’ai vécu, surtout l’année dernière (dont je vous ai parlé dans ce billet), je préfère me préserver et y aller à un rythme plus tranquille mais surtout régulier c’est ça qui compte et à vrai dire en moins de 2 mois, j’ai facilement bossé 4 ou 5 fois plus que tout l’an passé c’est pour dire. Et malgré tout c’est pas 4 ou 5 fois plus mais 8 ou 10 fois plus que j’aurai du bosser en tout !

 Pour le stage en nutrition, ça commence le 6 novembre, là on est le 28 octobre donc c’est bientôt, il ne me reste qu’une semaine donc va falloir mettre les bouchées doubles si je veux faire en sorte que je ne me fasse plus distancer.

Car sur 4 bouquins à apprendre j’en ai fait qu’un et demi. Sur 1200 pages de cours j’ai du en faire environ 500. Et dire que mon objectif était d’avoir fait un tour du programme complet avant les stages. Bah c’est raté mais c’est pas entièrement de ma faute. Certes j’aurai pu bosser plus mais mon hypersomnie a aussi dévoré beaucoup de mon temps. Beaucoup trop de mon temps malheureusement L. Et face à cela je suis totalement impuissant.

On peut dire que j’ai pressé le pas, mais que je vois toujours le train s’éloigner de moi. Il faut que j’accélère encore, courage p’tit Doc, faut tenir et faudra pas ralentir quand l’obstacle du stage sera à franchir !

Déjà on peut dire que mon opération m’a bien fait trébucher, j’ai perdu 5 jours entiers de boulot, vous ne vous en rendez pas compte, (enfin peut être si) mais c’est énormissime !

Si tout avait été parfait dans le meilleur des mondes bisounours merveilleux des plus géniaux et fantastiques et que je n’avais pas perdu ces cinq jours je pense que j’aurais toujours eu du retard mais que ma situation aurait tout de même été bien plus confortable que maintenant (enfin je suis pas en mode alerte rouge, le train n’a pas encore quitté mon champs de vision mais je vous avoue que j’aurai préféré y être dedans, que ce soit mal installé dans le couloir ou plus confortablement en deuxième classe ou comme un roi en première, peu m’importait tant que j’arrivais à destination.
 

Là rien est perdu mais je dois rester vigilant et je ne suis pas dans la meilleure des configurations, pas celle que j’espérais il y a deux mois sans non plus avoir trop de regrets ou de reproches à me faire. J’aurai pu faire mieux, bosser plus, oui j’aurai pu courir plus vite sur le quai. Mais pas tant que ça non plus me semble t-il. Peut-être que j’aurai pu récupérer 2 ou 3 bonnes journées de boulot complet (7/8 heures on va dire) si on prend les moments où j’aurai pu travailler mais je ne l’ai pas fait (donc j’exclue les siestes, les moments de fatigue, le sommeil, les imprévus etc…).


Oui j’aurai surement même pu courir beaucoup plus vite, mais à quel prix ? Au risque de caler en cours de route et en panne sèche. Je pense pas que j’aurai pu faire beaucoup plus que ces disons 21/24H de boulot en plus sans risquer au-delà d’entrer en surchauffe mentale et physique.

Donc oui j’aurai pu faire mieux mais pas tant que ça ce qui revient à dire que je n’ai pas tant de regrets que ça. Il faudra juste continuer avec un rythme un peu plus soutenu en cumulant avec le stage. Des épreuves à venir, dures et hautes, des obstacles à franchir mais rien d’impossible si je m’y prends correctement.

Maintenant j’aimerai aussi éviter de réussir en passant sur le fil du rasoir, j’aimerai bien un 13 ou un 14 (ou plus mais bon faut pas rêver c’est dur les exams tout de même) mais pour le moment on en est assez loin.

Donc oui, vers la 3ème semaine de septembre, j’ai chuté le train en a profité pour s’éloigner, mais je me suis relevé et me voici toujours, déterminé dans la tête mais mes jambes pourront elles courir aussi vite que je le voudrais ?
Mon souffle parviendra-t-il à suivre le rythme ?
Vais-je éviter la fatigue musculaire qui fait ralentir ?
Les crampes ?
Les chutes ?
Les doutes ?
Vais-je pouvoir bondir vers le dernier wagon et m’y accrocher fermement ?
Et si j’y arrive, ou sera ma place ?
En queue de peloton, au milieu des wagons ou en tête de rayon ?
Dans les premières places de 2nde classe ?
Les premières des 2ndes ?
Les dernières de 1ère ?
Les premières de 1ère
(Je vous ai perdu ? Oui je sais c’était un peu fait exprès, je vous mets un peu dans mon état d’esprit car moi aussi je suis un peu perdu dans tout ça… ^^)


Donc voilà, la semaine qui vient je vais essayer de me donner à fond, puis durant le stage je ne baisserai ni la tête et ni les bras et il ne me restera plus qu’à prier pour que j’en ai fait assez.

Je vais continuer à faire de mon mieux en tout cas et heureusement que j’arrive à m’intéresser à ce que j’apprends (vous imaginez si en plus j’avais mauvais moral et je trouvais tout ça chiant ?!).

Il me reste environ 700 pages à faire au moins une fois, le diabète en endocrino (un gros morceau de 150 pages facile), toute la néphrologie et toute la cardiologie puis après je devrai tout relire (mais le 2ème tour ira plus vite que le premier car je n’aurai pas à tout surligner ce qui prend du temps mais m’est nécessaire pour bien apprendre, donner de la vie à mon cours et apprendre tout court quand je passe du temps à surligner mais en même temps je lis et j’apprends).

Petit bonus d’accélération (comme dans Mario Kart), le bouquin de cardio (c’est le seul truc que j’ai fait l’an passé) est déjà surligné donc ça ira un peu plus vite pour lui.

Autre bonus, en vrai quand je fais un tour, j’en aurai fait plus ou moins deux car je m’oblige à relire le lendemain les cours que j’ai surligné la veille (mais je le compte dans mon premier tour car ça reste dans la mémoire immédiate de l’apprentissage).

Vous imaginez donc que ça prend un certain temps. Pour vous faire une idée : je passe facilement plus ou moins (enfin plutôt plus que moins) 20 minutes par page !
 

Je souligne tout, puis je relis rapidement, je fais pareil pour la page suivante puis je relis les 2 pages et je tourne pour passer aux deux suivantes !
 

Oui ça prend du temps mais c’est si compliqué et technique et tout que je pense en avoir besoin. Je ne suis peut-être pas le plus efficace mais c’est ainsi que je préfère travailler et je me connais assez pour savoir que c’est la meilleure méthode pour moi.

Lors du deuxième tour, je lirai à nouveau tout rapidement pour voir ce que j’ai retenu (en allant très vite, au chrono max 2min par page).
Ensuite au 3ème tour, là j’essayerai de tout apprendre par cœur (j’ai pas encore commencé mais je suppose peut être 10 minutes par page).


Enfin, le 4ème sera intermédiaire niveau temps j’irai plus vite que pour le troisième (et le premier bien sûr) mais plus lentement que pour le deuxième. Peut-être, huum disons 5/6 minutes par page.

Puis je devrai réviser item par item et commencer à m’entrainer. Objectif commencer les dossiers cliniques au moins un mois avant l’exam soit le 20 novembre environ et d’ici là j’aimerai avoir fait mes 4 tours (mais j’ai très peur de ne pas tenir les délais) donc on verra ou j’en serai, peut être au milieu ou à la fin du 3ème peut être au milieu du 4ème, aucune idée mais le plus loin possible j’espère.


Mais le défi à ce moment sera de parvenir à lâcher mes cours et passer au moins 50% de mon temps en entrainement.

Haha j’ai l’impression de me retrouver en P1 quand il y avait tant de cours que les primants se retrouvent débordés de partout, prennent l’eau et négligent les exos. Et bien foi de Nico, ça ne m’arrivera pas ! (enfin j’espère hein) !

On verra bien alors !

En tout cas, moi je suis là, petit train je te vois, et ne crois pas que tu arriveras comme ça à te débarrasser de moi !

On verse du carburant dans le moteur (qui coute de plus en plus cher ralala) : fait !

Mode accélération : enclenché !

On fait rugir le moteur : graaaouuu !

 

Et c’est parti ! Train des études, me voici !
 

Larguez les amarres ! *euhhh je crois que y'a une erreur quelquepart là mais j'en suis pas sûr*
 


Tiens au fait, ça me fait penser que j’ai toujours la flemme de rentrer dans les détails de mes cours pour que vous voyiez un peu ce qu’on apprend sans être trop technique et rester général mais faire un petit tour des matières peut être sympa, encore faudrait-il que j’ai le courage d’écrire ^^

Je voulais aussi en profiter pour faire une petite dédicace à Sarah qui a laissé un commentaire sous ce billet assez touchant. Merci à toi ;-)

Les achats compulsifs


 

Vive les soldes !

J'en suis dingue et j'en rafoule !

(je parie que vous l'avez lu en musique haha)


 

Des habits en promo de partout ! Vestes, manteaux, pantalons, chaussettes et caleçons (oui ok ce mot n’a plus été utilisé depuis l’antiquité mais je l’ai mis pour la rime :P remplacez le par boxer si vous voulez)
 

Vives les hypermarchés !
 

Oui vous savez là les temples de la consommation, pile à l’extérieur des villes où se trouvent des immenses complexes d’enseignes avec des produits de toutes sortes et qui font tout pour nous inciter à acheter le plus possible.

Vive les promos !



 

Ces bonnes affaires, 3 pour le prix de 4, euhh attendez là non ça c’est une arnaque ! je disais donc, 3 pour le prix de 2 ! Achetez en plus ! Et encore un peu plus ! Et toujours plus encore !

Mais moi je ne vais pas vous parler de tout ça quoi qu’il y aurait beaucoup à dire sur le monde de la consommation, de la croissance, du système financier et capitaliste etc etc mais ceci n’est pas un blog géopolitique ou financier ^^ Non ceci est un blog d’un étudiant en médecine.

Alors donc, de quoi vais-je bien vous parler ? Allez faites un petit effort je parie que vous deviez bien avoir une petite idée non ?

 

Toujours pas ?
 

Alors je vous aide un peu ^^

C’est un billet que j’aurai pu vous faire si j’avais été en première année mais à l’époque et contrairement à d’autres je n’en avais pas l’utilité…

Bon d’accord encore un indice. Moi j’imprimais tout mes cours et je les mettais en page au préalable à l’ordinateur ce qui me rendait inutile ce dont je vais vous parler.

De quoi s’agit il alors ?

 

Des achats, compulsif du petit étudiant en médecine que je suis. Si avant j’imprimais mes cours désormais mes cours, ce sont des bouquins que j’achète. Des tonnes et des tonnes de bouquins. Et il en existe des milliers de différents entre les différentes matières, les différentes éditions, les livres pour s’entraîner, les livres de fiche etc… j’en ai des tonnes (inutilisées mais chuuut) et des tonnes chez moi.

Et voyez-vous, ces livres, il faut les apprendre, les ingurgiter, page par page, feuille par feuille, morceau de papier par morceau de papier, paragraphe par paragraphes, phrase par phrase etc etc (oui je pourrai continuer longtemps vous savez mais comme je suis sympa je vous épargne le blabla ^^). Ne trouvez-vous pas qu’apprendre des pages tristounettes en noir et blanc c’est pas un peu déprimant non ?

Même si certaines éditions présentent mieux que d’autres, font des contrastent et utilisent du gras ce n’est pas le cas de toutes qui donnent des gros pavés indigestes et écœurants à s’avaler (et à vrai dire même bien présenté ça reste terne et fade).

La solution ?


Les stabilos !



Et là vous m'imaginez en train de baver devant ces photos de stabylo (bon ptet pas mais euh mais comment dire un peu quand même ^^)

 

Vous voulez des cours arc en ciel ? Des explosions de couleur de partout ? Du contraste ? De la lumière ? De la joie et de la bonne humeur (ok bon là j’exagère un peu j’avoue), les stabylos sont la solution miracle !

OK

C'est trop bowww <3

Bon la vérité c’est aussi que je suis plutôt content d’apprendre plein de choses intéressantes. C’est vraiment très dur, y’a des masses d’information à retenir en très peu de temps (un  peu plus d’un millier de pages écrit en tout petit (peut-être 1300) entre septembre et mi-décembre sachant que le 6 novembre je commence les stages et ce sont des stages à temps plein. Donc je cumule vie active avec facilement plus de 40 heures hebdomadaires (ou plus selon les stages) et vie étudiante le soir, enfin je dis vie active mais c’est pas tout à fait le cas, il manque le salaire à moins d’appeler ma petite paye de 100 euros le mois un salaire, c’est vous qui voyez hein).


Donc je disais oui, et heureusement c’est intéressant mais on s’emmêle si vite les pinceau entre les différents traitements, symptômes, maladies, les effets provoqués (une va donner une hypoglycémie par exemple et l’autre une hyper, maintenant multipliez ça par 50 petits détails comme ça a retenir pour chaque maladie entre sa présentation clinique, le diagnostic, les examens complémentaires, le traitement etc et multipliez le tout par le nombre de matières et de sujets différents et vous verrez que s’emmêler les pinceaux est vite arrivé.

Et encore, je ne vous parle que d’un trimestre, car l’externat c’est 3 ans en tout !

Donc disais-je, c’est vraiment pas facile mais heureusement c’est intéressant. Mais apprendre avec des cours sympa ça aide aussi et il se trouve que depuis la paces, j’ai pris l’habitude de mettre des couleurs partout. Et si en P1 je tapais mes cours à l’ordi et j’y ajoutais directement de la couleur avant d’imprimer, à présent j’apprends tout dans les livres.

Et c’est pourquoi j’écris aujourd’hui un article que d’autres auraient facilement pu faire lors de leur première année.

Bon avec tout ça je n’ai toujours pas parlé du cœur du sujet à savoir les stabylos.


Croyez le ou non mais j’ai acheté pour plusieurs dizaines d’euros (si si je raconte pas n’importe quoi ^^) et quand je fais les courses au supermarché, c’est une petite torture que de passer devant le rayon de ces petits outils qui mettent du bonheur dans mes cours sans rien prendre. J'en ai de toutes les formes, toutes les tailles, toutes les marques et toutes les couleurs !!!

 

Vous me comprenez non ? Hein, s’il vous plait dites moi que oui ! Ils sont là tout sages, tout beaux et tout mignons et n’attendent plus que d’être achetés pour se retrouver dans ma collection. Mdr collection. Parmi les collections classiques, timbres, figurines, fèves, bouteilles etc etc, parmi les collections d’étudiants en médecine (enfin peut être pas que nous mais quand même), les stabyloooooos !
 

J’y pense 24H/24H, j’en rêve, je les vois partout, j’en ai des hallucinations ! (bon ok je vous rassure, quand même pas jusque là haha ^^). Le pire c’est que j’ai découvert que ça se finissait un surligneur. Tristesse, ils ne sont pas éternels. Quel déchirement n’est-ce pas quand ils nous quittent. C’est comme si un vieux compagnon de route avec lequel on a tant partagé décidait de s’en aller, ailleurs, poursuivre son chemin à la poubelle en solitaire vers de nouvelles aventures et au-delà !

Quoi j’exagère ? Bah oui un peu, mais si vous lisez cet article et que vous avez déjà un peu parcouru le blog, vous me connaissez surement moi et mon lyrisme à la noix (de coco, c’est trop bon pour faire de bons petits plats miam).

Quelle torture de voir le feu flamboyant de notre stabylo chéri commencer à s’éteindre petit à petit et perdre de son éclat. Devoir repasser plusieurs coup pour obtenir un surlignage satisfaisant. On voit le feutre coloré s’éteindre peu à peu. Un déchirement du cœur n’est-ce pas ? Snif, j’en ai presque la larme à l’œil, une tragédie inaperçue dans ce monde brutal et dur, une victoire de l’ombre face à la lumière. Cette lente agonie stabylotienne, insupportable, déchirante, bouleversante, avec de petits sursauts d’espoirs de temps en temps, quand notre ami retrouve un peu de force, reprend quelques couleurs avant de se ternir à nouveau, inexorablement, lentement mais surement.

Bon bon promis j’arrête là la dramatisation à l’extrême haha.

Mais en vérité je vous le dis, ça s’use quand même assez vite tout ce petit monde. En 2/3 semaines, une couleur que je vais beaucoup utiliser peu facilement arriver à la fin de sa vie, c’est terrible !


Du coup des stabylos j’en ai plein, de toutes marques, de couleurs diverses et variées, fluo, pastel, jaune, vert, orange, bleu, rose, violet, vert/bleu comme l’eau de la mer des caraïbes, marron et je pourrai continuer encore sur une ou deux lignes (enfin peut être pas mais vous voyez l’idée quoi).


Je crois qu’en début d’année, quand j’ai acheté pour presque 30 euros de feutres je me suis choqué moi-même et j’en ai racheté pour 7 ou 8 euros (en urgence, mode panique à bord) début octobre car certaines couleurs arrivaient à leur fin et je n’avais pas pensé à emporter mes rechanges restés chez moi (car oui je suis parti entre temps hors de ma ville, n’ayant pas l’obligation d’assister aux cours (enfin plutôt des entrainements que des cours, des dossiers cliniques par exemple) je n’avais pas à rester sur place nécessairement et je n’avais pas pensé à emporter assez de change.


Bon, je crois qu’on arrive vers la fin bientôt non ? Quoique j’ai une dernière chose à vous raconte encore (mouhaha vous  croyiez quand même pas que vous alliez vous en tirer à si bon compte  si ?)


C’est le moment où j’ai eu l’idée de faire ce billet, l’instant ou j’ai pris conscience de cette (petite car fort heureusement c’est loin d’être une vraie obsession mais quand même…) forme de mini addiction (mdr les étudiants en médecine, il parait que certains prennent des trucs pour tenir le coup mais il est sûr que d’autres sont drogués au stabylo haha).

C’était il y a deux semaines environ, en allant avec une amie à la librairie acheter un livre (pas pour le plaisir hein, mais qu’est ce que vous allez vous imaginer des fois ^^ J’ai bien assez de lecture comme ça pour en plus me mettre à lire sur mon temps libre , je fais déjà que ça de ma journée alors bon…) de cours et mon amie est passée devant des stabylo que je n’avais pas (par miracle) repéré.

Elle les remarque eet me propose de m’en acheter un pour que je pense à elle en l’utilisant. Et moi bien sûr je suis saisi d’une impulsion, une compulsion peut être, enfin une force intérieure qui m’intime de prendre toutes les couleurs ce à quoi je finis après moult hésitations à laisser tomber pour lui faire plaisir (bah oui sinon j’aurai eu toute la collection et celui qu’on m’aurait acheté aurait perdu de sa valeur sentimentale.

Mais il faut dire que ça n’a pas été simple, j’ai pas mal hésité et j’ai failli céder aux sirènes de l’appel presque irrésistible des surligneurs. Finalement, je suis reparti à l’étage (oui car le rayon étudiant n’était pas au rez de chaussé) replacer les feutres (le cœur brisé bien sûr, enfin peut être pas jusque là mais un peu tout de même haha).

Et à cet instant moi, qui n’avait que rarement été saisi devant des magasins en solde par exemple de l’instinct d’achat compulsif, je me suis dit que quand même en tant qu’étudiant en médecine, j’en avais moi aussi, de drôle de petites obsessions d’achats.

De quoi faire un petit article sympathique en tout cas, n’est-ce pas ?

Mi septembre, mon année est lancée !

Salut comment vas-tu ? 

A vrai dire j'en sais rien pour toi (même si je te souhaite le meilleur) mais quant à moi tout roule !

1er semestre et 1ers défis à relever. Apprendre environ 900 pages d'écritures microscopiques pour un examen le 20 décembre avec des stages qui commencent le 5 novembre. Au menu du S1, cardio, hépato gastro, néphro, nutrition et endocrino. Cocktail indigeste pour certains mais pas pour moi. Faut dire que je suis affamé ça fait un an que j'ai rien mangé ! (oui oui c'est possible, la preuve je l'ai bien fait moi).

J'ai commencé à réviser début septembre très très tranquillement en augmentant chaque jour la quantité de travail. Actuellement je suis à un peu plus de 5 heures quotidiennes par jour (vive les pléonasmes inutiles youpidou !). Je me garde mes soirées, je revis, je fais du sport (snif les courbatures dans les biceps qui durent pratiquement 5 jours ahhhh ! Les cuisses les gluteaux, les mollets les triceps tout en a pris pour son grade puisque ça n'avait plus fait de sport depuis bien trop longtemps).

Je me cuisine de bons petits plats, je reprends tranquillement le rythme et cette année je la sens bien ! 

Jusqu'à présent j'ai déjà fait toute l'hépato gastro (un seul tour et je suis loin de tout savoir par coeur mais c'est pas mal non ;P) et je prévois de tenir ce rythme : 1 bouquin entier tous les 15 jours pour avoir terminé avant les stages et en parallèle je revois ce que j'ai déjà appris.

Par exemple dès demain je révise le matin l'hépato gastro que j'ai déjà vu une fois puis je me mets à la nutrition et l'endocrinologie l'après midi.

Objectif arc en ciel ! (Oui moi je surligne tous mes cours haha c'est un feu d'artifice coloré mes livres de médecine).

Et ainsi de suite en essayant de travailller un peu plus tous les jours ! Je vous raconterai plus tard en détail le contenu de ces bouquins que vous sachiez un peu ce que j'apprends tout de même (mais ne comptez pas sur moi pour vous recopier les 300 pages tsss :P)

J'ai plein plein d'idées d'articles également sans oublier tous ceux que je vous avais promis qui vont sortir très vite. Je brûle d'impatience de taper tout ça sur mon clavier, j'ai des fourmis dans les doigts (enfin ils attendront un peu car ça ne sera pas ce soir mais dans la semaine oui pour sûr).

Je vais reprendre les vidéos aussi, terminer le montage de ce que j'avais laissé inachevé il y a un an et en faire de nouvelles (et les idées ne manquent pas !). D'ailleurs vu que j'ai vu le film première année j'ai très envie d'en faire une rapide critique en vidéo !

Bon je suis heureux de vous retrouver, mon année est entamée, ma chaine youtube va bientôt l'être et avec cet article je déclare solennellement mon blog lancé !

Je suis dans les cordes, sur les rails, en route (comme vous voulez), la machine d'acier au coeur tendre vient d'être huilée et a été réactivée. Je me relance. Enfin. J'avance. Et qu'est ce que ça fait du bien de ne plus stagner !

A bientôt !

Le trajet

Afficher l’image source

Des clés. Un flash. Orange.

La portière s'ouvre. Le conducteur s'installe. Un bruit de moteur. Frein à main, embrayage, 1ère et accélerateur.

Et voici que la voiture s'élance. Au début lentement puis elle prend de la vitesse. Enfin pas trop non plus hein. Et la voiture roule au  diesel. Elle met du temps à démarrer et encore plus longtemps pour gagner en vélocité. Le moteur doit chauffer, la pression des pneus doit augmenter bien qu'il ne faudrait pas aller jusqu'à les faire éclater.

Une première rue est avalée. Mais apparemment pas très bien digérée puisque la voiture vient de caler. Et arrive le panneau stop pour marquer la fin de cette première épopée. C'est le coup d'arrêt. Mais provisoire.


On repart !

 

Cette fois ci plus d'obstacle sur la route, une deuxième rue de passée et à bonne allure s'il vous plait !

Nous voici à présent sur le grand boulevard. Oui il y a des feux, du monde. Oui on le sait. On doit se décaler, ralentir, freiner puis ré-accélerer. On passe au vert, parfois à l'orange mais on a évité tous les rouges avec majesté. La seconde est activée, la troisième vient tout juste d'être enclenchée.

On peut être fier de soi mais ce n'est qu'un tout petit bout du trajet. La grande aventure ne fait que commencer.

 

On se dirige désormais vers la nationale, le boitier se met en 4ème vitesse, pardi que le temps passe vite ! On est parti il y a déjà bien longtemps et on a pourtant le sentiment que tout n'a duré qu'un instant.

Mais ? Mais ?!!!

Que se passe t-il ?

La 4ème ne veut pas s'enclencher ! Le moteur n'apprécie pas. Il hurle. Il surchauffe. C'est l'accident assuré alors qu'on a pas d'assurance !

Freinage d'urgence sur la bande d'arrêt d'urgence ! Sortie des airbags ! Ceinture de sécurité sous tension !

Ouf on est stoppé. L'accident tragique est évité.

Le moteur peut refroidir. Tranquillement.

Se préparer à redémarrer. Lentement.

Rien ne presse on a tout notre temps.

On va pouvoir y aller.

Contact, redémarrez !


Mais voici que se présente un passager. Charmante compagnie, portière numéro deux, allez y, ouvrez. 
Salut à toi qui veut bien m'accompagner. Mais sache que la route est encore longue on est loin d'être arrivé. On risque d'avoir un bon bout de chemin à partager.

Je redémarre (oui c'est moi au volant). Je prends les commandes et la voiture prend de la vitesse. Elle est là il suffit de l'attraper ! L'énergie bouillonne autour de nous, il n'y a plus qu'à la transformer en carburant ! La 4ème est enclenchée, on est sur une bonne lancée ! 

Direction l'autoroute, je sens qu'on va pouvoir encore bientôt accélerer !

Plus de détour, plus d'arrêt, les soucis techniques sont passés. 

J'avance. On veille sur moi depuis le ciel, rien ne peut m'arriver puisque je suis accompagné. Et moi je roule vers mon avenir, un grand sourire aux lèvres. Je sens qu'on va bien s'amuser !



 

Une année compliquée (2)

Et on se retrouve pour la suite de ce premier billet ! 

Attention comme j'avais déjà dit : billet chargé en émotion et pas si facile à écrire ou lire 

Nan mais j'exagère, vous pouvez lire mais juste que pour moi ces 2 billets sont importants et sensibles...

Lire la suite

Une année compliquée (1)

-->

Attention, billet écrit avec les tripes, non relu. De très très nombreuses fautes de frappe et d'orthographe sont à prévoir. Ele seront corrigées ce soir ou demain matin. Update 15/06/18 tout est corrigé + je coupe en 2 l'article car il état sacrément long quand même ^^

Lire la suite

Le miroir

Le verre, la glace. Si lisse, si plat mais d'un coup si tranchant quand brisé. Illusion ou réalité ? Reflet de soi ou de son âme et humanité ?

Lire la suite

Un mois

Un mois.

 

1 mois. 30jours. 720 heures. 43 200 minutes. 2592000 secondes.

Lire la suite

2 ou 3 billets cette semaine ? This is the question

Alala je suis décidément incorrigible ! J'avais dis y'a deux semaine que j'allai publier au moins un billet toutes les semaines mais je n'ai pas publié la semaine dernière à cause des raisons que vous savez (vous commencez à me connaître hein ^^) et aussi parce que le début de l'année à été assez voire très dur pour moi. Mais pas de panique je vous raconte ça avant la fin de la semaine (promis juré craché et j'écrirai ce billet dans le train de retour chez moi !). Et puis à vrai dire ça m'arrange parc que si j'avais écris ce billet avant mercredi soir il aurait été assez voire très négatif. Si je devais l'écrire aujourd'hui, il serait plus mitigé peut être un peu porteur d'espoir et je'ai de bonnes raisons de croire (et ça ne dépends que de moi) qu'il aurait été positif demain et sera très positif vendredi dans le milieu de l'après midi dans le train (je l'ai pas déjà dit ça ? Ah oui pardon).

 

Mais pour me faire rattraper je vais vous poster un billet écrit pendant les vacances qui parle à la façon Doc Junior de la manière dont j'appréhende ce début d'externat. Un peu comme un voyage vers le nouveau monde avec quelques petites références pas trop dures à comprendre (je l'espère ^^). D'ailleurs si je poste ce billet ci en particulier ce n'est pas un hasard c'est que j'en ai autant envie que besoin. 

 

Du coup 2 billets en une semaine ça compense un peu et ça fait bien une moyenne de 1 par semaine non ? (allez je suis pardonné d'accord ? :-) *yeux du Chat Botté tout mimi qui vous font craquer* Non non ! Impossible de résister. Vous avez craqué devant tant de mignonété (mot moche non ? Il existe d'ailleurs ?). Si si ! C'est moi qui vous le dis. Vous avez craqué !

 

Et puis avec ce billet on pourrait même dire une moyenne exceptionnelle de 1,5 non ^^ (bon ok un peu de mauvaise fois là hahaha ^^ Juste un tout petit peu hein)

Les derniers jours de tranquillité

 

Le 11 septembre (= la catastrophe) approche. A vrai dire le 4 est encore plus prêt et c’est à partir du 4 que je vais commencer à réviser. Tranquillement puis de plus en plus pour essayer d’atteindre 7H par jour le 11 au moins et ensuite continuer à augmenter.

Lire la suite

Capt'ain Doc Junior

Le capt’ain Doc Jr

 

 

« Hé toi l’ectoplasme ! Oui là toi moussaillon je te parle ! Qu’est-ce que tu attends comme ça à bayer aux corneilles ? Tonnerre de Brest !!! Je te rappelle que tu as un pont à laver ! Exécution !
Et vous matelots ? Larguez les amarres, hissez la grande voile et que ça saute sinon c’est votre cervelle que je vais faire sauter  bandes de Bachi-bouzouk ! Parole de capitaine !

Lire la suite

La rentrée qui approche

La rentrée qui approche

Ça y est. Les vacances se terminent. La rentrée débute. Bientôt. Le 11 septembre pour moi. A croire que quelqu’un a décidé de maudire ce jour le lendemain de mon anniversaire. Enfin, dire que je reprends les cours le 11 septembre est plutôt faux. Je vais les reprendre au moins une semaine avant. Chez moi. Sur les bouquins. Je vois que vous êtes perdus, rassurez-vous moi aussi. Enfin, ça commence à devenir de plus en plus clair. Laissez moi vous expliquer.

Lire la suite

On poursuit l'ascension !

 

J’ai franchi la première étape vers les sommets enneigés. Ça y est, le premier col est passé. Et ce ne fut pas sans difficulté. J’ai parfois cru que j’allais glisser, tomber pour ne pas me relever. Heureusement que la pente ne fut pas trop raide ni verglacée. J’ai pu la passer sans trop d’aide. Mais ça y est, le dur commence à peine. Mais où est-ce que cette ascension mène ? La pente se raidit, l’escalade verticale va débuter. J’affute mes pics et ma cordée pour bientôt faire face au glacier.

 

Ça y est la véritable ascension peut débuter !