Alerte sanitaire majeure

Alerte sanitaire

Lettre du président de la HAS au directeur de l’ARS de biiiip

Objet : Alerte Sanitaire Majeure

 

Cher confrère

Je vous transmets mes inquiétudes approfondies au sujet d’un fort risque d’épidémie nationale…

D’après nos études suivant les protocoles de recherches 3A4* et p450*, il semblerait que nous sommes à l’aube d’une catastrophe sanitaire majeure. Les prélèvements bactériologiques et la mise en culture du substrat confirment l’ampleur du risque pour la santé publique. Nous sommes en présence d’un bacille gram + provenant d’une souche multi résistante à tous les traitements.

Il s’agit du syndrome post-paces. Les étudiants en 2ème année de médecine (outre quelques pharma, kinés, dentaires et sages-femmes) correspondent en majorité à sa cible préférée. Le terrain qu’elle rencontre chez ces sujets est parfaitement propice à sa prolifération.

Une fois infecté, l’étudiant présente des symptômes aisément reconnaissables :

  • Une flemmardite caractérisée : il lui est impossible d’ouvrir le moindre cours et quand bien même il y arriverait (à grande peine), il resterait devant à bailler aux corneilles
     
  • Une paresse continue et profonde : Tel un rapace, ce syndrome empêche l’étudiant de se réveiller à des heures décentes. Puisqu’il n’a que cours l’après-midi pourquoi s’embêter à se lever tôt le matin ! (lui suggère l’auguste oiseau de malheur). Dans les cas les plus extrêmes, ce dernier est capable de se lever à 14H moins le quart alors qu’il doit être à la fac dans 15 minutes !
     
  • Une grave soirose (overdose de soirées) : pas besoin de détailler vous me comprenez. L’infecté se sent pousser des ailes et vole de soirées en soirée. Un voyage aérien survolant les fêtes et boîtes de nuits
     
  • Une mémoire de poisson rouge devant tous les drôles noms d’oiseau incapable d’en attraper le moindre au vol et qui finiront inévitablement par s’écraser au sol

Ces symptômes sont extrêmement variables d’un individu à l’autre et ne correspondent qu’aux principaux signes cliniques. Soyez donc tout à fait prudent ! En effet les formes atypiques sont particulièrement fréquentes

Les chiffres sont formels, de nombreux carabins sont touchés et la contamination est exponentielle. Voire même allostérique si un nombre suffisant d’infecté est atteint. La sévérité est quant à elle proportionnelle à l’effort fourni en P1. Effort qui les a rendus vulnérables à la souche bactérienne. Aussi bien physiquement que mentalement, intérieurement qu’extérieurement.

Le mode de transmission est diaboliquement inédit. Un simple regard suffit. Que ce soit sur facebook (photos de soirées) ou une affiche de film de ciné. Mais les voies de la contamination sont profondes et impénétrables. Un échange verbal est tout à fait efficace. A vrai dire toute activité est à risque malin. Le moindre fait ou geste peut être fatal…

Cependant nos services sont encore incapables de déterminer les conséquences exactes de cette pathologie qui est tout sauf bénigne. Une chose est certaine, les contaminés doivent être mis à l’écart le plus rapidement possible. Les précautions standards sont insuffisantes, nous recommandons donc un isolement de contact en chambre stérile avec le port de protections adaptées.

Nous essayons toujours d’élaborer un traitement ainsi qu’un référentiel de protocoles mais les avancées sont minimes pour ne pas dire inexistantes. Les recommandations thérapeutiques actuelles ne consistent qu’à « leur foutre un bon coup de pied au cul pour qu’ils se bougent ».

Ci-joint la liste des cas les plus sévères nécessitant la plus grande précaution et fermeté dans les soins. Le dossier comporte également leur fiche thérapeutique.

Patient :
Doc Junior. 20 ans. En DFGSM2 (P2). Sexe masculin. Beau gosse de première classe J

Sévérité maximale.
Patient dangereux pour lui et autrui.

Risque infectieux :
- Extrême. La plus grande vigilance est requise. Port de gants, masques et blouse étanche obligatoire. - Désinfection poussée en sorte dans le sas de décontamination et incinération de tout matériel en contact avec le foyer infectieux (le patient)

Histoire de la maladie et anamnèse
- Survenue début septembre. Le facteur déclenchant semble être le premier cours de CBH sur les capillaires.
 - Diagnostic tardif du patient après un épisode d’automédication sauvage dangereuse. En chambre d’isolement de contact depuis.
- Evolution d’aggravation radicale depuis l’examen de CBH mi-décembre.
- Traitement symptomatique infructueux lors des dernières vacances

Antécédents
- Connu pour trouble de flemmardise élevée ainsi qu’un découragement accrus devant les cours. Une propension à se laisser impressionner devant la moindre charge de travail et ceux depuis le lycée.

Facteurs de risques sévères et caractérisés
- A fait la PACES

Traitements
- Automédication sauvage de gelée royale (qui a eu l’effet inverse escompté) ainsi que de boites  tonneaux entiers de vitamines pendant sa P1.
- Prescription en urgence de cellulases© afin de détruire toutes le papier qu’il a du se manger en P1 (depuis 3 mois)
- Prescription d’antiallergiques afin de lui permettre de poser les yeux sur ses cours (depuis septembre)

Mode de vie
- En couple <3, habite dans son appart, fait du sport (tennis, football et footing), pas d’aides à domicile. Exposition professionnelle sévère aux cours de P2 (bien plus dangereux que les rayons y utilisés en radiothérapie, précisons-le)

Signes généraux
Asthénie générale (signe fonctionnel), amaigrissement (kilos en trop perdus depuis la paces. Vérifié par la pesée du patient donc signe physique)

Signes appareil par appareil
 

  • Respiratoire : dypsnée (NYHA) et hémoptysie (crachat de sang) à la vue d’un cours
  • Cardio-vasculaire : douleur thoracique à l’effort = apprentissage de cours 
  • Digestif : dysphagie (bah oui, la cellulose n’est pas digérable par : on n’a pas les bonnes alpha galactosidases (merci la paces pour ma culture générale)
  • Neurologique : céphalée et déficit moteur controlatéral à la lecture
  • Uro-gynécologique : RAS (ouf)
  • ORL et ophtalmologique : déficit visuel
  • Locomoteur : douleur articulaire/tendineuse à la palpation scolaire
  • Cutané : éruption cutanée en cas de courte exposition aux exams


Son abdomen est souple à la palpation (nous ne savons pas exactement ce que cela signifie cliniquement parlant mais nous voulions absolument le caser quelque part vu que ça fait trop stylé).

Hypothèse diagnostique : Patient souffrant du syndrome post P1 en décompensation majeure et caractérisée (de tous les appareils).

Demande d’examen complémentaire : Une IRM cérébrale afin de vérifier qu’il n’est pas trop tard pour lui ainsi qu’un prélèvement bactériologique

Traitement envisagé : Mise en quarantaine immédiate. Puissants coup de pied aux muscles glutéaux (le cul quoi).

Posologie : Matin, midi et soir. Si inefficace augmenter l’intensité et la fréquence. 

Note : Ce patient est probablement le patient 0. Il ne doit en aucun cas déjouer les mesures de vigilance ou forcer le périmètre de sécurité. Nous vous recommandons par ailleurs de fortement le renforcer. Qu’il soit toujours sous surveillance sur vos caméras sous le regard de vos vigiles. Faîtes en sorte de garder le spécimen plus ou moins vivant pour étude. Ou au moins dans un état dissécable pour une inspection approfondie. Et cela jusqu’à l’examen de nutrition & hémato/immuno du 19 janvier. Nos espoirs de traitements reposent entièrement sur ce sujet.

Cordialement.
Le Pr Machiavélos directeur de l’HAS

*Bravo à celui qui trouvera la référence

Edit

Réponse de l'ARS à l'HAS

Cher collègue
Après plus amples recherches nous avons pu determiner qu'il s'agissait du syndrome de Flemmingite aiguë par procrastination chronique autoentretenue. C'est une souche viralo-bactériologico mortelle particulièrement contagieuse et dangereuse. Plus d'infos sur http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Flemmingite

Cordialement

Quand à moi j'ai montré cet article à des amis en leur disant ceci " 

Toi aussi tu en as marre de réviser ! (hein Mémoticône tongue ) Alors cet article est fait pour toi ! Attention, le risque infectieux est majeur !

Réponse de M. qui m'a tué :

Je peux pas "en avoir marre" de réviser étant donné que je révise pas.........

--> ^^^^

--> Euhh l'exam c'est dans 9 jours là, il serait ptet temps de s'y mettre non ? Ah oui c'est vrai je suis ptet pas le mieux placé pour en parler ^^

ps : ARS c'est pour agence régionale de santé et HAS c'est Haute Autorité de Santé : ça fait partie de la culture qu'on apprends en santé société en PACES, unematière où le prof nous demande d'apprendre par ailleurs plus de 1200 chiffres !!! Mais ça c'est une autre histoire, un autre article...

Et hésite pas à laisser un petit mot dans les commentaires si cet article t'a plut ou que tu t'es reconnu dans mon cas clinique (pouvant tomber à l'ECN attention) ! ;-)

Toi aussi t'es en galère devant tes cours et l'exam qui approche (trop vite) ? Alors partage à tes potes pour les faire marrer un bon coup et au boulot tas de faignants !!!

Pour me rejoindre sur facebook, c'est par ici ;-)

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.