Pourquoi Didier Raoult nous a fait tant de mal

Didier raoult les internautes choques par son absence de gestes barrieres sur bfm tv

Oulala donc là je m’attaque à plus fort que moi je crois, moi un petit étudiant de rien du tout parmi des milliers d’autres. Et pourtant, vous allez voir qu’avec un peu de bon sens et un petit bagage de bases scientifiques (je viens de terminer ma 6ème année de médecine et de passer le concours des ECNi pour choisir ma spécialité), on peut tout à fait construire une critique que j’espère pertinente.


Alors, pourquoi Didier Raoult nous a fait tant de mal ? Réponse ci-dessous !

 

Commençons d’abord par définir le « nous ». Nous, les soignants de terrain, nous, la communauté scientifique dans sa globalité et enfin nous, la population en général !
 

Je reproche à notre Didier Raoult National pas mal de choses et de déclarations assez discutables et vous allez voir que la liste est fournie :
 

  1. Je reproche à Didier Raoult d’avoir dit au début de l’épidémie que le COVID était principalement manuporté, qu'il n'y avait pas ou peu d'aérosol.
    Ce faisant il a fait croire à tous ceux qui le prenaient pour parole d’évangile qu’un simple lavage de main suffisait pour se protéger rendant les masques inutiles. Je ne dis pas que c'est inutile, loin de là, mais que ce n'est qu'une des mesures barrières. Je pense qu’on a désormais prouvé que le masque en intérieur ou dans les foules demeurait une de nos principales armes contre le virus
     
  2. Je reproche à Didier Raoult d’avoir fait des dizaines de déclarations contradictoires ou erronnées, d'avoir propagé des "fake news" à foison comme par exemple avoir affirmé qu'il n'y aurait jamais de 2eme vague etc..

Voici quelques uns de ses florilèges :

https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/recap-2020-didier-raoult-en-six-predictions-vite-contredites_2141778.html

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-on-a-verifie-sept-affirmations-de-didier-raoult-devant-la-commission-denquete-covid-19-de-lassemblee-nationale_4021607.html

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/video-covid-19-didier-raoult-nous-a-donne-une-bonne-lecon-d-utilisation-malfaisante-des-reseaux-sociaux-et-des-medias-estime-eric-caumes_4156527.html

https://www.closermag.fr/politique/didier-raoult-ses-nouveaux-propos-delirants-sur-la-vaccination-1349672

Pour le spécialiste des maladies infectieuses, le premier confinement aurait même été contre-productif. "Il n'y a pas d'évidence dans les études qu'on a, que les gens qui ont été confinés, ont eu moins d'anti-corps, ont été moins infectés, au contraire, ils ont été plus infectés, ceux qui sont restés chez eux, que ceux qui sont sortis", a-t-il lâché avec l'assurance qu'on lui connaît, auprès de Laurent Ruquier qui s'est rendu dans son bureau à Marseille. 

Pour lui, le port du masque n'est d'ailleurs pas utile. "La transmission du virus est avant tout manuportée", explique-t-il dans Paris Match. L'essentiel serait de se laver les mains toutes les 20 minutes. Dans sa fondation institut hospitalo-universtaire (IHU) Méditerranée infection, personne n'est masqué. 

Quant au gel hydro-alcoolique, le professeur est catégorique : "Le gel ne sert à rien. C'est l'alcool".

https://www.journaldesfemmes.fr/loisirs/tv/2674661-didier-raoult-pret-a-nous-foutre-la-trouille-sa-seule-solution-contre-le-covid-19-ruquier-masque-gel-lavage-de-mains/
 

  1. Je reproche à Didier Raoult d’avoir promu son traitement avec des essais biaisés sans aucun contrôle.
  •  ce qui est pas éthique car tant qu’on n’a pas de preuve de l’efficacité (et de la sécurité) donner un médicament potentiellement toxique sans bénéfice prouvé est un non sens
  • Rappelez vous que le principe de base en médecine est le « primum non nocere » : d’abord ne pas nuire !
     

  1. Je reproche à Didier Raoult d’avoir inversé le débat scientifique en s’affranchissant de toutes les règles
  • Pour justifier le fait qu’il n’ait pas recouru à des études randomisées contre placebo (pourtant principe fondamental de la recherche scientifique) il disait que pour lui, donner un placebo alors qu’on dispose d’un traitement qu’il pense être efficace serait non éthique
     
  •  Mais dans ce cas autant jeter toute la méthodologie de la méthode scientifique acquise au fil des siècles pour tester tous les nouveaux médicaments ou réaliser des découvertes prouvées. Et autant revenir a la méthode empirique, à la petite cuisine, au hasard.
     
  • Ce n’est pas pour rien qu’en recherche, il y a des règles, des standards, des protocoles à suivre. De façon a ce qu’un résultat positif ou négatif puisse devenir incontestable (en fonction du niveau de preuve bien sûr, sans rentrer dans les détails par exemple vous comprendrez qu’une étude positive testant un médicament sur 100 000 personnes sera bien plus incontestable qu’une petite étude sur un échantillon de 100 personnes)
     
  • En s’affranchissant de ces règles et en retournant l’éthique dans le sens inverse, il créé la cacophonie alors qu’on a plus que jamais besoin de certitudes, de preuves sérieuses et pas d’affirmations fumeuses qui ne reposent donc sur rien de concret
     

  1. Je reproche à Didier Raoult d’être un hypocrite.
    En effet sa justification de pas faire de groupe contrôle car ça ne serait pas éthique si le traitement marche est le comble de l'hypocrisie.

Même dans le cas ou le traitement marchait il faut un contrôle pour en avoir la preuve et pour que ça soit éthique les essais randomisés ont la possibilité de faire des analyses statistiques intermédiaires pouvant conduire a arrêter prématurément un essai en cas de significativité suffisante au niveau statistique des intervalles de confiance des odds ratio prouvant une diminution des cas graves.
 

Donc même son excuse de vouloir être éthique est bidon en plus d'être méthodologiquement aberrante .
 

  1. Je reproche à Didier Raoult d’avoir affirmé que son protocole était efficace en se basant sur des essais gravement biaisés (pour ne pas dire falsifiés : par exemple sortir de l’étude tous les COVID graves envoyés à l’hôpital et n’inclure que des sujets ayant au départ des COVID légers, forcément que derrière les résultats sont positifs alors que avec ou sans traitement les sujets auraient été guéris. Et comme on n’a pas de contrôle, on ne peut rien comparer !

Et d'avoir continuer à défendre son traitement sans aucune preuve pour l’administrer a des millions de gens c'est comme s'appuyer sur un mur sans ciment et ça ce n’est pas éthique.
 

  1. Je reproche à Didier Raoult de manquer d'éthique : encore un autre problème d’éthique (oui encore une fois, on en revient à l’éthique ce qui semble manquer à M. Raoult) : Il a fait ses essais sans avoir demandé l'autorisation réglementaire à l'ANSM (agence nationale de sécurité du médicament) et aux CPP comités de protection des personnes) ce qui est requis pour toute étude en France.
    Il s’affranchit donc à nouveau des règles et des codes, je ne reviendrai pas sur le pourquoi c’est totalement aberrant.

 
L’ANSM et les CPP servent justement à vérifier que l’étude est utile, intéressante, d’intérêt public potentiel méritant de faire prendre un « risque » à ceux qui y participeraient. Ils servent aussi à vérifier le protocole, la solidité scientifique, le fait que les sujets inclus l’aient été en connaissance de cause informés des risques encourus, des essais in vitro ou animaux préalables etc…
Bref tout ce qui fait qu’une étude soit éthique. En recherche on est à contre courant de ce que j’appellerai le « principe Dumbledore ». Pour ceux qui ne sont pas de grand Potter fan, en gros le mantra de Dumbledore c’est de justifier ses actions « pour le plus grand bien, the greater good »en anglais.

Autrement dit c’est l’idée que si l’acte va profiter à une majorité, alors la fin justifie les moyens et tant pis si on doit en sacrifier quelqu’un uns pour le plus grand bien et le meilleur des mondes. Appliqué à la recherche, c’est par exemple injustifiable d’injecter la variole à quelqu’un pour prouver que son vaccin (ou son traitement) est efficace. Le risque que l’on fait prendre même pour une ou deux personnes et même si ça va bénéficier à des millions n’est pas acceptable.

D’où l’intérêt des essais pré cliniques, des modèles expérimentaux in vitro, in vivo, du screening des molécules, des modèles théoriques etc

Et c’est justement le rôle de l’ANSM et des CPP de vérifier que toutes ces étapes ont été remplies, que l’étude est utile et scientifiquement solide (et comme je vous l’ai montré, toute étude même solide n’est pas nécessairement éthique tandis que toute étude éthique est nécessairement solide sur le plan de la méthodologie).

Vous comprenez donc maintenant pourquoi passer outre les autorisations réglementaires me choque autant. C’est bien beau de jouer le rebelle, l’antisystème sauf qu’on joue là avec la vie et la santé des gens. Je suis désolé mais non, ce n’est pas acceptable.

 

  1. Je reproche à Didier Raoult d’avoir fait de la désinformation sur un médicament qui a provoqué des effets secondaires graves sur de nombreux patients qui l’ont pris en auto médication.

https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-l-ansm-alerte-sur-les-effets-secondaires-graves-des-traitements-apres-3-deces-30-03-2020-8291049.php

Un de ses principaux arguments marketing était qu’on connaissait la molécule depuis des dizaines d’années, notamment dans le cadre du lupus (une maladie auto immune) et dans la prophylaxie du paludisme. Et se faisant on était assez bien au courant des effets indésirables et de la toxicité potentielle et donc on savait comment bien manier la molécule.

Je dois reconnaitre que l’argument est un argument de taille et donne l’impression que tout va bien au niveau de l’innocuité. Sauf que justement il y a des effets indésirables graves (en particulier cardiaques). Et si le traitement n’est pas introduit à la bonne posologie, après des examens appropriés (comme un ECG pour calculer le QTc) et sous une surveillance appropriée on peut courir à la catastrophe.

Et oui, encore une fois et comme toujours en santé, en médecine, en science, (mais en fait plus globalement dans tous les domaines, citons l’aéronautique, l’industrie et bien d’autres secteurs ou tout est strictement encadré) il y a des règles à suivre pour faire les choses en sécurité.


En médecine tout traitement a :

  • des indications
  • des contre indications
  • des indications de prudence chez certaines personnes
  • prudence nécessitant d’adapter les doses, de monitorer et de surveiller avec précision,
  • des interactions avec d’autres médicaments
  • Une balance bénéfice risque (et donc aucun bénéfice tant que ce n’est pas démontré mais plein de risques potentiels)
  • Des effets indésirables bénins ou plus sévères, rares ou fréquents

    Et si on peut supposer (espérer) qu’il a fait les choses dans les règles à son institut (pour preuve les factures exorbitantes qu’on reçu certains patients pour les examens complémentaires pré traitement), il y a malheureusement beaucoup de gens qui ont été trompé par Didier Raoult, et ont prit son traitement sans surveillance, tout seuls comme des grands. Et la pharmacovigilance à malheureusement signalé des dizaines d’effets indésirables graves chez des patients ayant pris par eux même le traitement.

    Tout effet indésirable pour un médicament qui ne marche pas (oui maintenant c’est prouvé et de façon solide que son traitement c’était du vent) est un effet indésirable de trop.

    Ne parlons même pas du pseudo protocole covid dont l'infographie (que je ne reproduirai pas ici !) donnait l'impression d'être sérieuse alors qu'elle pouvait tuer (oui je dis bien tuer) des patients !

    https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/sante-publique/lordre-et-le-collectif-no-fake-med-denoncent-les-dangers-dun-pseudo-protocole-anti-covid-concocte

     

  1. Je reproche à Didier Raoult d’avoir fait déployer beaucoup de temps et d’énergie à travers le monde pour rien, pour tester rigoureusement avec des dizaines de vrais essais randomisés de grande ampleur avec un groupe contrôle pour rien. Du temps de perdu pour tester d’autres traitement qui auraient pu marcher. Des moyens engagés pour rien. De l’énergie et du brassage de vent médiatique inutile. Et justement venons-y-en !
     

  1. Je reproche à Didier Raoult d’avoir décrédibilisé la parole scientifique par ses polémiques et ses passages dans les médias pour défendre son traitement sans aucune preuve sérieuse.

    Si dans la communauté scientifique 95% des acteurs étaient d’accord, il en suffit d’un pour semer la pagaille et la zizanie. Et là aussi on peut reprocher aux médias qui aiment faire dans le sensationnel, l’information instantanée, le spectaculaire de ne pas refléter la réalité des choses. Et ce n’était vraiment pas de bol, parce que Didier Raoult avec sa tête de grand druide savant à la Panoramix, ses formules chocs, son éloquence était un catalyseur d’audience, audience qui nourrit nos chers médias.

    Je leur reproche d’avoir accordé trop de place, trop d’importance à quelqu’un qui ne le méritait pas et qui affirmait des choses sans preuves. N’était ce pas le rôle des journalistes justement de vérifier les informations ?

    Mais forcément un grand scientifique d’envergure qui dit avoir trouvé LE traitement était bien plus intéressant qu’un autre plus ennuyeux appelant à la prudence et à vérifier les résultats avant d’annoncer quoi que ce soit et donner de faux espoirs.

    Et ce faisant les gens n’y comprennent plus rien, sont perdus à juste titre devant un faux débat sans queue ni tête qui n’aurait même pas du exister pour commencer. Débat sur lequel viennent se greffer les éditorialistes, monsieur et madame tout le monde, les journaliste (qui même en faisant un sujet à priori neutre prennent parti rien que dans leur façon de monter le reportage, de donner la parole à untel ou untel).

     

Je suis sincèrement désolé mais voir des débats ou l’on fait voter les gens (qui n’ont pas de compétence scientifique, sans aucun mépris de ma part, chacun a son expertise) pour un contre le traitement de monsieur Raoult, c’est à se tirer les cheveux jusqu’en devenir chauve !

Mais le débat scientifique n'a pas vocation à devenir un débat médiatique qui repose autant si ce n'est plus sur les passions, l'éloquence, le sensationnalisme, l'instantané et la subjectivité que sur la raison.
 

  1. Je reproche à Didier Raoult d’avoir eu des propos qui ont nourri le complotisme, d’avoir continué quand bien même tout le monde avait prouvé que son médicament ne fonctionnait pas. Je lui reproche d'être la caution scientifique du complitisme au même titre que Mme Wonner ou Philippot et compagnie en sont la caution politique.

    On a beau avoir fait dans le monde des dizaines d'études sérieuses, certaines personnes continuent a croire en Raoult envers et contre tout dans un biais cognitif résistant à toute logique et toute raison...

    Alors que sans cette polémique et ses passages répétés dans les médias seuls quelques grands essais auraient suffit a invalider la piste de l’hydroxychloroquine. (ouf voilà, j’ai enfin cité le médicament ^^)

    En fait c’est un peu La loi de Brandolini, ou principe d'asymétrie des idioties : un adage ou aphorisme énonçant que « la quantité d'énergie nécessaire pour réfuter des idioties est supérieure d'un ordre de grandeur à celle nécessaire pour les produire ».

" s'il est facile de créer une fausse information, sur le fond et la forme, en quelques minutes, il faudra probablement plusieurs heures pour démonter chaque point et montrer ainsi la fausseté de l'ensemble. "

Et bien pour Didier Raoult c'est la loi de Brandolini puissance 1 million
 

  1. Je reproche à Didier Raoult d’avoir attaqué en justice une chercheuse du CNRS, Elisabeth Bik , reconnue pour son traivail sérieux et réputée pour fact checker les publications et qui a reçu des milliers de soutien de scientifiques pour avoir démontré les erreurs et l’introduction de fausses statistiques dans ses essais.

https://www.leparisien.fr/societe/pourquoi-didier-raoult-porte-t-il-plainte-contre-une-chercheuse-soutenue-par-plus-de-1000-scientifiques-31-05-2021-X4RUFVJXJNB73NNMLV4ZURQQFM.php


https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20210618.OBS45407/elisabeth-bik-la-microbiologiste-renommee-accusee-de-harcelement-par-didier-raoult.html

Il le fait presque systématiquement avec tous ceux qui le gênent, un peu comme les grandes sociétés ou multi milliardaires en mode procès baillons pour empêtrer l’adversaire dans les déboires judiciaires pour lui pomper du temps et de l’énergie à se défendre et en multipliant les attaques de façon à décourager ceux qui oseraient s’en prendre à lui par le futur.

http://www.jim.fr/e-docs/quand_harcelement_et_procedure_baillon_veulent_clore_le_debat__187835/document_jim_plus.phtml



Des milliers de scientifiques de tout bord et de toutes nationalités lui ont apporté leur soutien via pétitions et lettres ouvertes.

https://www.theguardian.com/science/2021/may/22/world-expert-in-scientific-misconduct-faces-legal-action-for-challenging-integrity-of-hydroxychloroquine-study

https://osf.io/2awsv/

Mais que sont-ils face à Didier Raoult ? Vous voyez comment un seul homme en désaccord avec 99,9% de ses pairs peut représenter une parole qui nuira à tous et aura un écho démesuré ?

Donc oui, je reproche à Didier Raoult d’avoir judiciarisé le débat scientifique en plus de l’avoir médiatisé et politisé. On ne fait pas de la science au tribunal et encore moins à la télé.

On ne débat pas de science comme on débat de la pluie et du beau temps. La science n’est pas une affaire d’avis et d’opinions mais d’hypothèses à prouver ou refuter. On ne laisse pas le subjectif, les passions, les émotions occulter les preuves, l’objectivité, la science.

Et d’avoir exporté ce débat dans le monde entier. C’est navrant, désolant et affligeant.

 

  1. Bref, je reproche à Didier Raoult d’avoir fait n’importe quoi, du début à la fin.

    Normalement la recherche ce sont des gens qui publient des essais relus par des pairs, validés par des revues scientifiques sérieuses qui seront ensuite confirmés ou infirmés par d'autres essais de plus grande ampleur et de meilleure qualité et randomisé et avec plus d effectif si les 1er essais soit de cohorte soit randomisé a petite échelle sont concluants.

     

Mais là il a court circuité le processus en s'affranchissant des règles pour aller directement auprès du grand public ce qui est complètement immoral même si on pense avoir la solution à un problème et d'autant plus si on le fait en ayant trafiqué ses études qui étaient de toutes façon aberrantes sur la méthodologie et ne prouvaient rien du tout.

Comme quoi même à mon petit niveau je peux déjà élaborer une critique argumentée et sérieuse (enfin je l'espère) sur le personnage, imaginez vous les grands professeurs de médecine, les grands chercheurs à quel point ils ont du (et doivent toujours) s'arracher les cheveux...

 

Et pour terminer, un petit edito qui reprend pas mal de choses et qui m’a semblé assez intéressant !

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×