Les achats compulsifs

  • Par docjunior
  • Le 29/10/2018
  • Commentaires (2)


 

Vive les soldes !

J'en suis dingue et j'en rafoule !

(je parie que vous l'avez lu en musique haha)


 

Des habits en promo de partout ! Vestes, manteaux, pantalons, chaussettes et caleçons (oui ok ce mot n’a plus été utilisé depuis l’antiquité mais je l’ai mis pour la rime :P remplacez le par boxer si vous voulez)
 

Vives les hypermarchés !
 

Oui vous savez là les temples de la consommation, pile à l’extérieur des villes où se trouvent des immenses complexes d’enseignes avec des produits de toutes sortes et qui font tout pour nous inciter à acheter le plus possible.

Vive les promos !



 

Ces bonnes affaires, 3 pour le prix de 4, euhh attendez là non ça c’est une arnaque ! je disais donc, 3 pour le prix de 2 ! Achetez en plus ! Et encore un peu plus ! Et toujours plus encore !

Mais moi je ne vais pas vous parler de tout ça quoi qu’il y aurait beaucoup à dire sur le monde de la consommation, de la croissance, du système financier et capitaliste etc etc mais ceci n’est pas un blog géopolitique ou financier ^^ Non ceci est un blog d’un étudiant en médecine.

Alors donc, de quoi vais-je bien vous parler ? Allez faites un petit effort je parie que vous deviez bien avoir une petite idée non ?

 

Toujours pas ?
 

Alors je vous aide un peu ^^

C’est un billet que j’aurai pu vous faire si j’avais été en première année mais à l’époque et contrairement à d’autres je n’en avais pas l’utilité…

Bon d’accord encore un indice. Moi j’imprimais tout mes cours et je les mettais en page au préalable à l’ordinateur ce qui me rendait inutile ce dont je vais vous parler.

De quoi s’agit il alors ?

 

Des achats, compulsif du petit étudiant en médecine que je suis. Si avant j’imprimais mes cours désormais mes cours, ce sont des bouquins que j’achète. Des tonnes et des tonnes de bouquins. Et il en existe des milliers de différents entre les différentes matières, les différentes éditions, les livres pour s’entraîner, les livres de fiche etc… j’en ai des tonnes (inutilisées mais chuuut) et des tonnes chez moi.

Et voyez-vous, ces livres, il faut les apprendre, les ingurgiter, page par page, feuille par feuille, morceau de papier par morceau de papier, paragraphe par paragraphes, phrase par phrase etc etc (oui je pourrai continuer longtemps vous savez mais comme je suis sympa je vous épargne le blabla ^^). Ne trouvez-vous pas qu’apprendre des pages tristounettes en noir et blanc c’est pas un peu déprimant non ?

Même si certaines éditions présentent mieux que d’autres, font des contrastent et utilisent du gras ce n’est pas le cas de toutes qui donnent des gros pavés indigestes et écœurants à s’avaler (et à vrai dire même bien présenté ça reste terne et fade).

La solution ?


Les stabilos !



Et là vous m'imaginez en train de baver devant ces photos de stabylo (bon ptet pas mais euh mais comment dire un peu quand même ^^)

 

Vous voulez des cours arc en ciel ? Des explosions de couleur de partout ? Du contraste ? De la lumière ? De la joie et de la bonne humeur (ok bon là j’exagère un peu j’avoue), les stabylos sont la solution miracle !

OK

C'est trop bowww <3

Bon la vérité c’est aussi que je suis plutôt content d’apprendre plein de choses intéressantes. C’est vraiment très dur, y’a des masses d’information à retenir en très peu de temps (un  peu plus d’un millier de pages écrit en tout petit (peut-être 1300) entre septembre et mi-décembre sachant que le 6 novembre je commence les stages et ce sont des stages à temps plein. Donc je cumule vie active avec facilement plus de 40 heures hebdomadaires (ou plus selon les stages) et vie étudiante le soir, enfin je dis vie active mais c’est pas tout à fait le cas, il manque le salaire à moins d’appeler ma petite paye de 100 euros le mois un salaire, c’est vous qui voyez hein).


Donc je disais oui, et heureusement c’est intéressant mais on s’emmêle si vite les pinceau entre les différents traitements, symptômes, maladies, les effets provoqués (une va donner une hypoglycémie par exemple et l’autre une hyper, maintenant multipliez ça par 50 petits détails comme ça a retenir pour chaque maladie entre sa présentation clinique, le diagnostic, les examens complémentaires, le traitement etc et multipliez le tout par le nombre de matières et de sujets différents et vous verrez que s’emmêler les pinceaux est vite arrivé.

Et encore, je ne vous parle que d’un trimestre, car l’externat c’est 3 ans en tout !

Donc disais-je, c’est vraiment pas facile mais heureusement c’est intéressant. Mais apprendre avec des cours sympa ça aide aussi et il se trouve que depuis la paces, j’ai pris l’habitude de mettre des couleurs partout. Et si en P1 je tapais mes cours à l’ordi et j’y ajoutais directement de la couleur avant d’imprimer, à présent j’apprends tout dans les livres.

Et c’est pourquoi j’écris aujourd’hui un article que d’autres auraient facilement pu faire lors de leur première année.

Bon avec tout ça je n’ai toujours pas parlé du cœur du sujet à savoir les stabylos.


Croyez le ou non mais j’ai acheté pour plusieurs dizaines d’euros (si si je raconte pas n’importe quoi ^^) et quand je fais les courses au supermarché, c’est une petite torture que de passer devant le rayon de ces petits outils qui mettent du bonheur dans mes cours sans rien prendre. J'en ai de toutes les formes, toutes les tailles, toutes les marques et toutes les couleurs !!!

 

Vous me comprenez non ? Hein, s’il vous plait dites moi que oui ! Ils sont là tout sages, tout beaux et tout mignons et n’attendent plus que d’être achetés pour se retrouver dans ma collection. Mdr collection. Parmi les collections classiques, timbres, figurines, fèves, bouteilles etc etc, parmi les collections d’étudiants en médecine (enfin peut être pas que nous mais quand même), les stabyloooooos !
 

J’y pense 24H/24H, j’en rêve, je les vois partout, j’en ai des hallucinations ! (bon ok je vous rassure, quand même pas jusque là haha ^^). Le pire c’est que j’ai découvert que ça se finissait un surligneur. Tristesse, ils ne sont pas éternels. Quel déchirement n’est-ce pas quand ils nous quittent. C’est comme si un vieux compagnon de route avec lequel on a tant partagé décidait de s’en aller, ailleurs, poursuivre son chemin à la poubelle en solitaire vers de nouvelles aventures et au-delà !

Quoi j’exagère ? Bah oui un peu, mais si vous lisez cet article et que vous avez déjà un peu parcouru le blog, vous me connaissez surement moi et mon lyrisme à la noix (de coco, c’est trop bon pour faire de bons petits plats miam).

Quelle torture de voir le feu flamboyant de notre stabylo chéri commencer à s’éteindre petit à petit et perdre de son éclat. Devoir repasser plusieurs coup pour obtenir un surlignage satisfaisant. On voit le feutre coloré s’éteindre peu à peu. Un déchirement du cœur n’est-ce pas ? Snif, j’en ai presque la larme à l’œil, une tragédie inaperçue dans ce monde brutal et dur, une victoire de l’ombre face à la lumière. Cette lente agonie stabylotienne, insupportable, déchirante, bouleversante, avec de petits sursauts d’espoirs de temps en temps, quand notre ami retrouve un peu de force, reprend quelques couleurs avant de se ternir à nouveau, inexorablement, lentement mais surement.

Bon bon promis j’arrête là la dramatisation à l’extrême haha.

Mais en vérité je vous le dis, ça s’use quand même assez vite tout ce petit monde. En 2/3 semaines, une couleur que je vais beaucoup utiliser peu facilement arriver à la fin de sa vie, c’est terrible !


Du coup des stabylos j’en ai plein, de toutes marques, de couleurs diverses et variées, fluo, pastel, jaune, vert, orange, bleu, rose, violet, vert/bleu comme l’eau de la mer des caraïbes, marron et je pourrai continuer encore sur une ou deux lignes (enfin peut être pas mais vous voyez l’idée quoi).


Je crois qu’en début d’année, quand j’ai acheté pour presque 30 euros de feutres je me suis choqué moi-même et j’en ai racheté pour 7 ou 8 euros (en urgence, mode panique à bord) début octobre car certaines couleurs arrivaient à leur fin et je n’avais pas pensé à emporter mes rechanges restés chez moi (car oui je suis parti entre temps hors de ma ville, n’ayant pas l’obligation d’assister aux cours (enfin plutôt des entrainements que des cours, des dossiers cliniques par exemple) je n’avais pas à rester sur place nécessairement et je n’avais pas pensé à emporter assez de change.


Bon, je crois qu’on arrive vers la fin bientôt non ? Quoique j’ai une dernière chose à vous raconte encore (mouhaha vous  croyiez quand même pas que vous alliez vous en tirer à si bon compte  si ?)


C’est le moment où j’ai eu l’idée de faire ce billet, l’instant ou j’ai pris conscience de cette (petite car fort heureusement c’est loin d’être une vraie obsession mais quand même…) forme de mini addiction (mdr les étudiants en médecine, il parait que certains prennent des trucs pour tenir le coup mais il est sûr que d’autres sont drogués au stabylo haha).

C’était il y a deux semaines environ, en allant avec une amie à la librairie acheter un livre (pas pour le plaisir hein, mais qu’est ce que vous allez vous imaginer des fois ^^ J’ai bien assez de lecture comme ça pour en plus me mettre à lire sur mon temps libre , je fais déjà que ça de ma journée alors bon…) de cours et mon amie est passée devant des stabylo que je n’avais pas (par miracle) repéré.

Elle les remarque eet me propose de m’en acheter un pour que je pense à elle en l’utilisant. Et moi bien sûr je suis saisi d’une impulsion, une compulsion peut être, enfin une force intérieure qui m’intime de prendre toutes les couleurs ce à quoi je finis après moult hésitations à laisser tomber pour lui faire plaisir (bah oui sinon j’aurai eu toute la collection et celui qu’on m’aurait acheté aurait perdu de sa valeur sentimentale.

Mais il faut dire que ça n’a pas été simple, j’ai pas mal hésité et j’ai failli céder aux sirènes de l’appel presque irrésistible des surligneurs. Finalement, je suis reparti à l’étage (oui car le rayon étudiant n’était pas au rez de chaussé) replacer les feutres (le cœur brisé bien sûr, enfin peut être pas jusque là mais un peu tout de même haha).

Et à cet instant moi, qui n’avait que rarement été saisi devant des magasins en solde par exemple de l’instinct d’achat compulsif, je me suis dit que quand même en tant qu’étudiant en médecine, j’en avais moi aussi, de drôle de petites obsessions d’achats.

De quoi faire un petit article sympathique en tout cas, n’est-ce pas ?

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

PetiteSarah
  • 1. PetiteSarah | 29/10/2018
Et bien! Je n'en suis pas à ce point là fort heureusement ( enfin, après qui sait, plus tard peut-être je serais aussi dingue des surligneurs, ta maladie est sûrement contagieuse ) même si j'aime beaucoup ça, c'est si satisfaisant! Franchement, je ne pensais pas ça capable, mais tu as réussi à faire un article long et intéressant sur les stabilos. Tu m'aurais dis ça avant que je découvre ton blog je crois que je me serais moquée de toi ^^'
J'espère que ça se soigne quand même, parce que je vois mal un médecin surlignant les informations importantes dans le carnet de santé du patient ou sur sa radio!
docjunior
Merci ! Et pour te dire moi aussi jamais je n'aurai pensé écrire un billet de ce genre un jour ^^

Ajouter un commentaire