Le récap #14

  • Par docjunior
  • Le 08/07/2019
  • Commentaires (0)

D Day

Jeudi 27 juin 2019

Recap 1

D Day, Jour J !

On débarque sur les plages de Normandie prêts à passer à l’assaut contre l’immense et imposant Mur de l’Atlantique qui se dresse face à nous !

Les QI vont pleuvoir comme des balles, les QCM tenterons de nous faucher dans notre élan, les pièges anti Carabin (étudiant en médecine) vicieusement cachés vont se révéler pour exploser et tout emporter avec eux.

Les dossiers progressifs vont tomber comme des obus et l’ennemi nous attend, bien retranché.

C’est maintenant ! Maintenant ! Mon année se joue aujourd’hui !

J’espère que le blindage que je me suis construit à la hâte avec mes révisions en catastrophe (2 mois à travailler sérieusement pour en rattraper 6 plutôt cata) sera suffisant.

Le sera-t-il ?

Mon bouclier de connaissance est-il assez solide pour tenir le coup ?

Franchement j’en suis pas sûr. Ce dont je suis sûr par contre c’est que ça sera juste. Prions pour que la balance du destin penche en ma faveur et tombe du bon côté cette fois ci.

Et honnêtement avec tout le mal que je me suis donné je l’aurai pas volé.

Allez je dois y croire, et surtout me concentrer.

J’ai tellement souffert cette année, le curseur est déjà tombé pas mal de fois du mauvais côté alors ça ne serait que justice que ça s’équilibre un peu dans le bon sens cette fois ci non ?


Il faut dire que l’enjeu est gros. Soit je réussi et je passe un été sans pression avec uniquement 2 rattrapages de la période ou j’ai eu un coup de blues sachant que c’est ce que j’ai principalement révisé pour l’examen term je suis pas du tout inquiet avec les 2 mois que j’ai pour réviser surtout que je compte tout revoir de toute façon et tout repasser (même si pour les matières validées c’est juste un entrainement sans stress on va pas me les dévalider si je ratais).

Soit j’échoue et cette fois ci j’ai tout à réviser (même cas que précédemment) sauf que cette fois ci c’est en vue d’un vrai exam déterminant pour mon année.

Autrement dit, l’été que je vais passer avec mon mois de stage et mes 25 jours de vacances sera complètement différent niveau pression. Et j’en ai déjà eu bien assez cette année alors franchement pas la peine d’en rajouter une couche.

Je suis un peu englué dans cette toile d’araignée des études de médecine mais je me bats, je fais tout pour en tout cas et je baisse pas les bras.


Enfin bref.

Au programme : le matin 3H de LCA avec 2 articles puis l’après-midi 15 dossiers de 15 QCM et 60 QI (le tout en 3h seulement, c’est ultra intensif).

Il va faire une chaleur de fou aussi dans les amphis. C’est la canicule de la mort au point que les 3ème ont eu leur brevet reporté à la semaine prochaine mais nous, pauvres carabins, ce n’est bien sûr pas le cas.

Mais j’ai tout prévu, j’ai ma bouteille d’eau et mon brumisateur pour me rafraîchir les neurones surchauffés.

12H, ça y est, la première partie de la journée est passée.

LCA au revoir !

Je n’avais pas du tout eu le temps (et la motivation) de la bosser cette année, j’ai juste lu un livre de cours une fois et fait les entrainements obligatoires proposés par la fac.

Donc je suis loin d’être au taquet là-dessus et à vrai dire je n’ai aucune idée de si j’ai réussi ou non. J’ai pas trouvé l’épreuve horriblement difficile mais je ne l’ai pas trouvé simple pour autant. Et je n’arrive pas vraiment à me situer, je n’ai ni raté ni réussi. Bon en général ça veut dire que je dois tourner autour des 10 la question étant au-dessus ou en dessous ?

Puis arrive l’après midi.

Le stress monte d’un cran car tout le travail d’une année repose sur ces 3h intenses et maintenir sa concentration à fond est pas simple.

Au final je finis et sans dire que j’ai raté l’épreuve je l’ai réussi plutôt moyen moins. Bref je l’ai plutôt raté. Mais sans allez dire que c’était une catastrophe non plus. Je n’étais pas perdu devant les questions sans avoir une idée de quoi répondre.

Mais j’ai pas cartonné pour autant.

Pourquoi ?

Deux raisons je me dis à postériori. D’une bien sur mes connaissances sont trop fragiles encore et j’ai vraiment besoin de réussir à me motiver pour tout bien revoir cet été. De deux, je manque tout simplement d’entrainement. Cette année j’ai fait très peu de QCM. Je dois rectifier ça cet été et continuer sur ma lancée en 5ème année !

L’exemple le plus parlant qui m’est resté en mémoire (on dit qu’on retient plus facilement quand c’est lié à l’affect, et là j’étais furieux contre moi-même) c’est un QCM ou on nous présente une femme jeune qui a des douleurs en fosse iliaque gauche irradiant vers le périnée et un contact en fosse lombaire gauche.

Normalement, si j’avais pu m’entrainer et c’est ce que je compte faire, je devrais rien qu’en lisant l’énoncé sortir les éléments de la situation et avoir en tête plusieurs idées de diagnostics, d’approches cliniques puis regarder la question et y répondre.

Sauf que par bêtise/manque d’entrainement, j’ai lu sans vraiment réfléchir l’énoncé, puis regardé la question et ses propositions et réfléchis en fonction de ces dernières.

On nous demandait le diagnostic le plus probable devant ce tableau clinique.

Bien sûr, évidemment c’est une colique néphrétique typique de la femme jeune présentant cette symptomatologie (bon je dis bien sûr, c’est à condition d’être étudiant en médecine hein ^^ je me doute que pour quelqu’un qui est pas dans ces études ça ne lui dit rien ^^).

Mais moi je regarde les réponses, peut être que je suis pas assez concentré, peut être que je panique un peu, peut-être que je suis tout simplement pas assez entrainé, peut-être un peu des 3 à la fois et je finis par cocher une sigmoïdite (inflammation d’une partie du colon).

Pourquoi ?

Bah j’en sais trop rien. Parce que ça fait bien non ? Et puis le colon sigmoïde, il est en bas à gauche.

Si j’avais réfléchis plus posément, j’aurai remarqué que c’était le tableau typique d’une colique néphrétique et puis j’aurai éliminé la sigmoïdite car le colon sigmoïde s’abouche dans l’anus… qui est en arrière ! Donc ça colle pas avec une irradiation vers l’avant !

Simple. Basique. Evident.

A la question qui suit on nous demande quel examen faire en priorité pour orienter notre diagnostic et le conforter.

Et là je vois dans les réponses échographie. Et ça fait tilt. Et je me dis mais oui idiot ! C’était une colique néphrétique. Et à la question d’après dans l’énoncé je lis qu’en effet il fallait faire une échographie pour confirmer la colique néphrétique.

Et je rage contre moi-même !

Des erreurs de la sorte, j’en ai fait pas mal. Des trucs stupides ou j’aurai pu avoir bon mais non (et comme des fois l’énoncé nous donne la bonne réponse aux questions précédentes ce qui permet de faire comme dans une prise en charge au fur et à mesure avec la situation qui évolue, sachant que bien sûr on ne peut pas revenir en arrière modifier sa réponse).

Après y’a aussi des questions auxquelles je ne sais pas répondre. D’autres ou je ne suis pas sûr.

Heureusement en tout cas que j’ai révisé la cardiologie il y a deux jours car du coup j’ai une chance d’avoir bon aux QCM mais là encore je dois vraiment la revoir cet été (surtout que j’ai acheté un deuxième livre de cardio) et faire le livre qui explique les ECG en détail car le cours du bouquin officiel est vraiment trop peu détaillé.

Ensuite, j’étais persuadé qu’on allait avoir des questions sur les intoxications et les traumatismes de la face surtout qu’à l’examen précédent sur l’UE urgences/réa on n’en avait pas eu et là, que dal 0 rien. Je suis deg j’avais bien révisé ça mais tant pis.

On a quelques questions d’endocrinologie et je joue sur mes souvenirs pour tenter d’y répondre mais c’est pas gagné. Malheureusement je n’ai pas eu le temps de le revoir pour l’examen.

On également pleiiiin de question de nutrition et là argh pour le coup je cale et j’ai faux quasiment à tout. Zut, des points en moins, la barre du 10 devient de plus en plus haute… (ou peut être que c’est moi qui rétrécis qui sait ?)

Quelques questions de maladies infectieuses, une matière super difficile je trouve et bien que j’ai révisé principalement ça (UE6 avec l’UE7 aussi), j’ai un peu de mal car entre toutes les bactéries et tous les traitements et tous les signes etc etc c’est vraiment dur de s’y retrouver. Enfin je suis pas non plus complètement dans les choux (de Bruxelles) face aux questions.

Bref je sors, j’ai fini en avance, plutôt vidé. Et plutôt pas satisfait de moi.

Je n’ai pas totalement raté mais je suis loin d’avoir réussi. Je suis plutôt mécontent sans l’être totalement. Je suis plutôt pessimiste sur mes chances de décrocher le 10 tout en sachant que y’a quand même encore de l’espoir. Un peu plus qu’une petite lueur même, je dirai un bon rayon lumineux de chance que la balance penche du bon côté mais c’est pas sur.

Ahhh franchement mais pourquoi j’ai raté des trucs que j’aurai pu réussir ?!!!

Si ça se trouve ça va se joueur à ça ! Ou pas. On verra.

Les résultats on les aura vendredi de la semaine suivante, le 5 juillet.

Il me reste plus qu’à croiser les doigts…

On verra.

D Day, Jour J !

On débarque sur les plages de Normandie prêts à passer à l’assaut contre l’immense et imposant Mur de l’Atlantique qui se dresse face à nous !

Les QI vont pleuvoir comme des balles, les QCM tenterons de nous faucher dans notre élan, les pièges anti Carabin (étudiant en médecine) vicieusement cachés vont se révéler pour exploser et tout emporter avec eux.

Les dossiers progressifs vont tomber comme des obus et l’ennemi nous attend, bien retranché.

C’est maintenant ! Maintenant ! Mon année se joue aujourd’hui !

J’espère que le blindage que je me suis construit à la hâte avec mes révisions en catastrophe (2 mois à travailler sérieusement pour en rattraper 6 plutôt cata) sera suffisant.

Le sera-t-il ?

Mon bouclier de connaissance est-il assez solide pour tenir le coup ?

Franchement j’en suis pas sûr. Ce dont je suis sûr par contre c’est que ça sera juste. Prions pour que la balance du destin penche en ma faveur et tombe du bon côté cette fois ci.

Et honnêtement avec tout le mal que je me suis donné je l’aurai pas volé.

Allez je dois y croire, et surtout me concentrer.

J’ai tellement souffert cette année, le curseur est déjà tombé pas mal de fois du mauvais côté alors ça ne serait que justice que ça s’équilibre un peu dans le bon sens cette fois ci non ?


Il faut dire que l’enjeu est gros. Soit je réussi et je passe un été sans pression avec uniquement 2 rattrapages de la période ou j’ai eu un coup de blues sachant que c’est ce que j’ai principalement révisé pour l’examen term je suis pas du tout inquiet avec les 2 mois que j’ai pour réviser surtout que je compte tout revoir de toute façon et tout repasser (même si pour les matières validées c’est juste un entrainement sans stress on va pas me les dévalider si je ratais).

Soit j’échoue et cette fois ci j’ai tout à réviser (même cas que précédemment) sauf que cette fois ci c’est en vue d’un vrai exam déterminant pour mon année.

Autrement dit, l’été que je vais passer avec mon mois de stage et mes 25 jours de vacances sera complètement différent niveau pression. Et j’en ai déjà eu bien assez cette année alors franchement pas la peine d’en rajouter une couche.

Je suis un peu englué dans cette toile d’araignée des études de médecine mais je me bats, je fais tout pour en tout cas et je baisse pas les bras.


Enfin bref.

Au programme : le matin 3H de LCA avec 2 articles puis l’après-midi 15 dossiers de 15 QCM et 60 QI (le tout en 3h seulement, c’est ultra intensif).

Il va faire une chaleur de fou aussi dans les amphis. C’est la canicule de la mort au point que les 3ème ont eu leur brevet reporté à la semaine prochaine mais nous, pauvres carabins, ce n’est bien sûr pas le cas.

Mais j’ai tout prévu, j’ai ma bouteille d’eau et mon brumisateur pour me rafraîchir les neurones surchauffés.

12H, ça y est, la première partie de la journée est passée.

LCA au revoir !

Je n’avais pas du tout eu le temps (et la motivation) de la bosser cette année, j’ai juste lu un livre de cours une fois et fait les entrainements obligatoires proposés par la fac.

Donc je suis loin d’être au taquet là-dessus et à vrai dire je n’ai aucune idée de si j’ai réussi ou non. J’ai pas trouvé l’épreuve horriblement difficile mais je ne l’ai pas trouvé simple pour autant. Et je n’arrive pas vraiment à me situer, je n’ai ni raté ni réussi. Bon en général ça veut dire que je dois tourner autour des 10 la question étant au-dessus ou en dessous ?

Puis arrive l’après midi.

Le stress monte d’un cran car tout le travail d’une année repose sur ces 3h intenses et maintenir sa concentration à fond est pas simple.

Au final je finis et sans dire que j’ai raté l’épreuve je l’ai réussi plutôt moyen moins. Bref je l’ai plutôt raté. Mais sans allez dire que c’était une catastrophe non plus. Je n’étais pas perdu devant les questions sans avoir une idée de quoi répondre.

Mais j’ai pas cartonné pour autant.

Pourquoi ?

Deux raisons je me dis à postériori. D’une bien sur mes connaissances sont trop fragiles encore et j’ai vraiment besoin de réussir à me motiver pour tout bien revoir cet été. De deux, je manque tout simplement d’entrainement. Cette année j’ai fait très peu de QCM. Je dois rectifier ça cet été et continuer sur ma lancée en 5ème année !

L’exemple le plus parlant qui m’est resté en mémoire (on dit qu’on retient plus facilement quand c’est lié à l’affect, et là j’étais furieux contre moi-même) c’est un QCM ou on nous présente une femme jeune qui a des douleurs en fosse iliaque gauche irradiant vers le périnée et un contact en fosse lombaire gauche.

Normalement, si j’avais pu m’entrainer et c’est ce que je compte faire, je devrais rien qu’en lisant l’énoncé sortir les éléments de la situation et avoir en tête plusieurs idées de diagnostics, d’approches cliniques puis regarder la question et y répondre.

Sauf que par bêtise/manque d’entrainement, j’ai lu sans vraiment réfléchir l’énoncé, puis regardé la question et ses propositions et réfléchis en fonction de ces dernières.

On nous demandait le diagnostic le plus probable devant ce tableau clinique.

Bien sûr, évidemment c’est une colique néphrétique typique de la femme jeune présentant cette symptomatologie (bon je dis bien sûr, c’est à condition d’être étudiant en médecine hein ^^ je me doute que pour quelqu’un qui est pas dans ces études ça ne lui dit rien ^^).

Mais moi je regarde les réponses, peut être que je suis pas assez concentré, peut être que je panique un peu, peut-être que je suis tout simplement pas assez entrainé, peut-être un peu des 3 à la fois et je finis par cocher une sigmoïdite (inflammation d’une partie du colon).

Pourquoi ?

Bah j’en sais trop rien. Parce que ça fait bien non ? Et puis le colon sigmoïde, il est en bas à gauche.

Si j’avais réfléchis plus posément, j’aurai remarqué que c’était le tableau typique d’une colique néphrétique et puis j’aurai éliminé la sigmoïdite car le colon sigmoïde s’abouche dans l’anus… qui est en arrière ! Donc ça colle pas avec une irradiation vers l’avant !

Simple. Basique. Evident.

A la question qui suit on nous demande quel examen faire en priorité pour orienter notre diagnostic et le conforter.

Et là je vois dans les réponses échographie. Et ça fait tilt. Et je me dis mais oui idiot ! C’était une colique néphrétique. Et à la question d’après dans l’énoncé je lis qu’en effet il fallait faire une échographie pour confirmer la colique néphrétique.

Et je rage contre moi-même !

Des erreurs de la sorte, j’en ai fait pas mal. Des trucs stupides ou j’aurai pu avoir bon mais non (et comme des fois l’énoncé nous donne la bonne réponse aux questions précédentes ce qui permet de faire comme dans une prise en charge au fur et à mesure avec la situation qui évolue, sachant que bien sûr on ne peut pas revenir en arrière modifier sa réponse).

Après y’a aussi des questions auxquelles je ne sais pas répondre. D’autres ou je ne suis pas sûr.

Heureusement en tout cas que j’ai révisé la cardiologie il y a deux jours car du coup j’ai une chance d’avoir bon aux QCM mais là encore je dois vraiment la revoir cet été (surtout que j’ai acheté un deuxième livre de cardio) et faire le livre qui explique les ECG en détail car le cours du bouquin officiel est vraiment trop peu détaillé.

Ensuite, j’étais persuadé qu’on allait avoir des questions sur les intoxications et les traumatismes de la face surtout qu’à l’examen précédent sur l’UE urgences/réa on n’en avait pas eu et là, que dal 0 rien. Je suis deg j’avais bien révisé ça mais tant pis.

On a quelques questions d’endocrinologie et je joue sur mes souvenirs pour tenter d’y répondre mais c’est pas gagné. Malheureusement je n’ai pas eu le temps de le revoir pour l’examen.

On également pleiiiin de question de nutrition et là argh pour le coup je cale et j’ai faux quasiment à tout. Zut, des points en moins, la barre du 10 devient de plus en plus haute… (ou peut être que c’est moi qui rétrécis qui sait ?)

Quelques questions de maladies infectieuses, une matière super difficile je trouve et bien que j’ai révisé principalement ça (UE6 avec l’UE7 aussi), j’ai un peu de mal car entre toutes les bactéries et tous les traitements et tous les signes etc etc c’est vraiment dur de s’y retrouver. Enfin je suis pas non plus complètement dans les choux (de Bruxelles) face aux questions.

Bref je sors, j’ai fini en avance, plutôt vidé. Et plutôt pas satisfait de moi.

Je n’ai pas totalement raté mais je suis loin d’avoir réussi. Je suis plutôt mécontent sans l’être totalement. Je suis plutôt pessimiste sur mes chances de décrocher le 10 tout en sachant que y’a quand même encore de l’espoir. Un peu plus qu’une petite lueur même, je dirai un bon rayon lumineux de chance que la balance penche du bon côté mais c’est pas sur.

Ahhh franchement mais pourquoi j’ai raté des trucs que j’aurai pu réussir ?!!!

Si ça se trouve ça va se joueur à ça ! Ou pas. On verra.

Les résultats on les aura vendredi de la semaine suivante, le 5 juillet.

Il me reste plus qu’à croiser les doigts…

On verra.

le récap

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire