Je m'en vais

  • Par docjunior
  • Le 14/10/2017
  • Commentaires (0)

Je m'en vais

14 octobre 2017. 00:30

 

Des fois pour oublier mieux vaut en parler, de pas le garder pour soi. Ça fait des mois déjà pourtant mais je ne peux pas oublier. Trahison, tristesse, amertume, rancoeur voilà ce qu'il me reste sur les lèvres. Le gout du gachis et de la colère froide. La perte de la sincérité remplacée par une fausse réalité que je n'avais pu observer. Oh ma route, ma plaine, dieux que j'ai mal. Tourne tourne dans ma tête des images passées de passage. Au diable toi et tes apôtres, je m'en vais. 

 

Je vous quitte tristes pensées. Et mes larmes, mes armes, dieux que j'ai mal. Une blessure toujours pas fermée. De l'incompréhension. Depuis des mois pourtant. Fade désilusion des sentiments. Je vous laisse derrière moi, odieuses pensées, affreux souvenirs. Englués dans le faux, empetrés du mensonges. Je m'en vais. Oui, je pars. Je ne veux plus, je ne dois plus regarder derrière moi. Je m'en vais.

 

Tout en vous couchant sur le papier, je vous couche sur le bord de la route. Il est temps de partir, de ne plus vous voir, restez sur le bord de la chaussée. Moi je m'en vais.

 

Pourtant vous vous aggripez à moi, vous me collez. Dieux que c'est dur. Ce qui perle sur mes joues, gouttes de pluies, pleurs du ciel attristés. Je m'en vais. Je pars. Lachez moi. Je m'en vais.

 

Ce gout douçatre de tromperie et de déception, lui ne veut pas me quitter. Pourquoi ? Pourquoi ai-je envie de crier, d'hurler silencieusement en écrivant le tout noir sur blanc. Avancer, ne pas se retourner. Ne même plus y penser. C'est comme ça qu'il faut continuer. Oublier ma peine. Oublier ce qui de mes pensées était toujours la souveraine. Résister. A cette folle envie qui te tauraude depuis plusieurs mois de repenser à ces mensonges. A ses mensonges. Ne plus revenir en arrière. Marcher. Tout doucement, tout simplement, tranquillement. Vers l'avant. Je m'en vais.

 

Ce sentiment qu'on t'a volé ta confiance, cette impression d'être tellement ouvert et montré à en imploser, éclater de l'intérieur. Il faut que tu te protèges. Pars ! Alors oui, je m'en vais.

 

Ne laisse plus tes pensées te dévier du chemin, elle t'ont causé assez de tord comme ça. Pensée inutile qui revient sans cesse, pourrit ton 1er mois d'externe, pensée de regrets et d'inachevé. D'à peine commencé. De brisé. Pensée maudite, pensée qui te destabilise. Qui reprend le contrôle. ASSEZ ! N'y pense plus, elle t'a déjà gaché ton 1er mois, rendu triste durant des mois d'été. Laisse la filer. Laisse partir cette pensée. Elle t'a trahit, elle t'a fait souffrir, elle t'a trompé, abusé. ASSEZ ! Je m'en vais.

 

Je la vois maintenant, reellement. 1ère étape pour s'en débarrasser, la chasser de moi à tout jamais. Insinuée en moi profondément, à chaque souffle, à chaque inspiration. Souffle. Expire. Inspire. Respire à nouveau l'air pur. Tapie dans ma conscience. Ferme les yeux. Fais le vide. Ouvre les yeux. Plus rien. Cachée dans mes regrets. Attrape là. Attrape tes regrets en même temps. Emballe les dans un joli papier bleu. Et enterre les profondément. Je m'en vais.

 

Ça y est. J'espère que j'y suis arrivé. J'espère qu'en avoir parlé va enfin ce qui poura m'aider. Car j'ai tout essayé pour oublier. J'espère que ça n'est pas un essai de plus. Non le sais même. C'est le dernier. J'espère que j'y suis arrivé. Ma dernière larme s'écrase sur le clavier, mon dernier sanglot dans ma gorge est refoulé. Je m'en vais.

 

Maintenant, pour toujours et à jamais, il me faut t'oublier. Je m'en vais.


Je m'en vais. Mais c'est toi qui part.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire