Fichez vous de moi !

  • Par docjunior
  • Le 14/10/2017
  • Commentaires (0)

J'ai plusieurs rattrapages. Au moins 2 (bah oui ceux du 1er semestre, je vous dis pas pour le reste, je vais quand même pas vous spoiler le billet ou je vais raconter comment j'ai découvert mes résultats auquel je vais consacrer un peu plus de temps que ceux que j'écris à la chaine en cette soirée).
 

Il y a des cours récapitulatifs dans chaque matière et ceux qui ont des rattrapages ont fichtrement intérêt à y assister pour voir s'ils sont au point. Sachant que j'avais déjà les rattrapages du 1er semestre je m'étais mis à réviser après mon examen de master du 7 juin la matière et j'avoue que je me sens presque pret pour passer mon oral demain s'il le fallait (et oui dans les matières ou peu de gens ont raté, ce sont des oraux). 

Sauf que là je suis pas dans la ville ou je passe mes études mais chez moi au bord de la mer. D'ailleurs des amis sont venus visiter ma ville, j'ai passé l'après midi avec eux après avoir révisé toute la matinée. Le lendemain je voulais faire de même. Matinée de travail et après midi ballade dans les jardins surplombant la ville, puis premenade en bateau. Sauf que voilà, l'après midi il y a le cours récapitulatif. Et j'ai pas envie d'y aller car j'ai l'impression d'être au point déjà. Mais bon bon gré mal gré autant se déplacer. Et me voilà parti en train sans grande envie mais pour ne rien regreter. Je dépose mes affaires dans l'appart et je cours pour rejoindre la fac et l'amphi ruminant que j'aurai pu passer une après midi bien agréable et que le cours avait intérêt à en valoir la peine, j'espérais même pouvoir demander au professeur de passer un oral blanc si nous n'étions pas nombreux à être présent.

Il est 14H. Le temps passe 14H30. Toujour personne. On va prévenir la scolarité. Pas de prof, toujours pas. 

Au final rien, je suis reparti dégouté et furieux. 

Et j'ai même pas réussi à mettre l'après midi à profit pour bien travailler à m'insurger contre la non venue de l'enseignant qui n'avait pas l'air d'être au courant, à m'énerver contre ma colère inutile, à penser à l'aprem manquée tout seul pendant plusieurs jours et être rentré plusieurs jours en avance pour rien. Et de ce fait je n'ai quasiment pas pu bien travailler. Puis le soir, après avoir allumé la télé alors même que rien ne m'intéressait, je suis resté scotché devant comme une moule à son rocher sans envie de rien faire. Et voilà une journée à moitiée gachée (oui heureusement j'ai quand même apprit un cours, allé chez le coiffeur, relu 2 ateliers et fait un peu de sport donc pas non plus une journée passée à ne rien fair ou se morfondre mais bon quand même) à cause d'une grosse contrariété (qui m'enerve toujours mais bon).

 

Ça aussi d'ailleurs c'est mon problème, quand survient une (grosse) contrariété, j'ai du mal à laisser couler pour passer à ce qui vient après au lieu de m'embourber dans le mécontentement et les regrets...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

×