3ème et dernière semaine de stage de sémio

  • Par docjunior
  • Le 13/03/2016
  • Commentaires (3)

Hopital

Et voilà 3ème et dernière semaine de stage. Qui est passé bien trop vite, honnêtement je serai bien resté une semaine de plus. D’ailleurs beaucoup de P2 sont du même avis et les externes aussi trouvant que 3 semaines c’est trop juste pour avoir bien le temps de s’occuper de nous. Après c’est aussi très stage dépendant, pour ma part, il y avait très peu d’entrées donc pas trop d’occasions de voir un vrai examen clinique (fait à l’entrée) alors que d’autre service tournent plus. Après au niveau de la paperasse, j’en ai pas faite (comme la plupart des P2 mais certains n’ont pas eu de chance).

Pour faire un bilan global je pense avoir tout de même appris pas mal de choses, surtout l’examen cardiovasculaire, pulmonaire, digestif et pas mal de notions diverses et variées.

J’ai vu pas mal de plaies, d’escarres, de personnes amputées, de prothèses et de leur prise en charge au niveau du kiné pour la rééducation, des ergothérapeutes aussi. J’ai pu discuter avec quelques patients, avec une kiné qui m’a parlé de son métier, avec une ergothérapeute mais aussi avec des infirmières ou un aide-soignant.

 

Lors de cette 3ème semaine de stage, je suis allé examiner d’autres patients, palpation abdominale, recherche des œdèmes, de reflux hépato-jugulaire, palpation du foie à son bord inférieur et percussion du supérieur, interrogatoire et mille autres choses.

Après j’ai encore beaucoup de mal à entendre au sthétho les crépitants lors de l’auscultation pulmonaire et pour l’auscultation cardiaque, pareil un patient avait un souffle que j’ai pratiquement pas entendu (je l’aurai raté à coup sûr si on ne m’avait pas prévenu). Il faudra vraiment que je me « fasse l’oreille » en ne ratant à l’avenir (donc en D1) les occasions d’écouter (si le patient est d’accord, cela va de soi mais en général ils sont assez arrangeant comprenant qu’ils participent par leur bonne volonté à la formation des médecins de demain et je suis assez surpris de leur bonne volonté vraiment importante).

J’ai aussi utilisé l’appareil pour examiner les oreilles d’un patient (bien bouchées par le cérumen donc hormis ça on ne voyait pas grand-chose) et mis une sur-blouse pour entrer dans la chambre puisque ce dernier était en précaution BMR (bactérie multi résistante).

Mon externe m’a aussi rapidement montré une radio et expliqué son interprétation. Idem avec les ECG et m’a remontré comment et où poser les électrodes. D’ailleurs on en a fait un sur un patient qui avait fait un malaise après avoir éliminé la glycémie par la mesure du taux de sucre.

J’ai beaucoup vu de changement de pansement (et même l’utilisation d’un VAC pour aspirer dans la plaie et favoriser le bourgeonnement) et regardé les plaies avec l’externe, des fois le médecin et des fois l’interne. D’ailleurs l’interne je ne l’ai pas trop vu cette semaine n’étant pas là lundi pour l’AFGSU (initiation aux premier secours) puis avec le fait qu’elle a fait des gardes et n’était pas là le lendemain du coup (repos de garde).

 

L'AFGSU

 

En AFGSU on a appris en compagnie d’une infirmière quelques premiers gestes et réaction à avoir. Ça a commencé par des études de situation (que faire si on voit une voiture accidentée à placer le panneau, mettre son gilet jaune etc, si on a des enfants avec soi, si quelqu’un tombe dans le fleuve etc), puis on a appris le dégagement d’urgence en soulevant et tirant par les poignets et en maintenant ainsi l’axe tête-cou-tronc.

On a ensuite vu les différents types de malaises :

  • Le vagal qui le malaise fourre tout
  • Le glycémique (pas assez de sucre donc hypoglycémie)
  • Le cardiaque (ça peut être un AVC)

Comment réagir, vérifier si la personne est consciente ou non, faire une LVA (libération des voies aériennes), mettre en PLS, appeler les secours (on a revu les numéros d’urgence), pratiquer le massage cardiaque, utiliser un défibrillateur ou encore réaliser le dégagement des voies respiratoire en cas d’obstruction aérienne totale (il y a 2 méthodes on a pu s’entrainer sur un mannequin).

D’ailleurs j’ai servi à plusieurs fois de cobaye dans mon groupe. Ce que j’ai apprécié c’est qu’on a pu tous s’entrainer et que ça a pu se faire sans urgence contrairement à la journée d’appel ou ça n’avait pas duré longtemps, on a rien retenu bref c’était complètement inutile. L’AFGSU quand a elle est composé de 6 séances de 3H30 chacune environ et là on en a faite 2. Pour l’obtenir il n’y a pas d’examen, juste l’obligation de présence. On est séparé en petit groupes de 15 personnes environ ce qui permet de pouvoir poser toutes les questions que l’on souhaite et de bien s’entrainer.

 

Et voilà pour l’AFGSU, retour au stage à présent !

 

L’externe m’a aussi montré une autre salle avec un cheval mécanique pour s’entrainer à l’équilibre, j’ai vu la piscine (c’est vraiment très bien équipé) et d’autres salles de kinés puisqu’il y en a une par unité en fait.

J’ai vu un bilan urodynamique (BUD pour les intimes) qui consiste à mesurer la pression de la vessie, de l’urètre (entre autre) lors du remplissage de la vessie. Alors bien sûr la patiente allongée en position gynécologique avait des capteurs de partout. Reliés à un ordinateur affichant en temps réel les courbes. Puis on fera aussi des mesures lors de la miction (vidange de la vessie).

L’utilité de l’examen ? Voir les causes de l’incontinence urinaire de la patiente qui avait des fuites. Au final c’était à l’effort (toux, changement de position) puisqu’au repos il ne s’est rien passé alors qu’on a rempli sa vessie à plus de 500ml (normalement elle aurait dû avoir très envie de pisser). Du coup ce n’était pas passionnant même si je suis heureux d’avoir vu concrètement en quoi consistait l’examen qu’on avait étudié en cours. Mais la mise en pratique c’est bien plus intéressant.

Et le médecin a aussi proposé à l’infirmière de lui apprendre la manœuvre de replacement de l’urètre (des fois c’est ça qui cause la fuite et dans ce cas on donne des sortes de bandelettes qui maintiennent l’urètre en bonne position) pour voir si c’était la cause de l’incontinence.

 

L'instant blague du jour

 

Et là moment d’anthologie (en même temps il s’agissait du médecin blagueur dont je vous avais parlé ^^) :

Il dit à l’infirmière :

  • «  Bon hé bien déshabille toi pour que je puisse t’apprendre !
  • Comment ?
  • Nan je rigole, supposons que ça c’est ton vagin (il mime avec ses mains), il va falloir prendre l’urètre et le remonter comme ça, pas trop mais pas non plus trop bas
  • Ah non mais ça ne va pas être possible » le coupe l’infirmière « mon vagin est bien plus serré que ça, la modélisation est mauvaise »

 

C’est que ça rigole bien ! D’ailleurs dans mon service, le médecin (un autre encore) faisait aussi de temps en temps quelques blagues aux infirmières mais sur un ton pince sans rire. Mais aussi d’ailleurs avec mon externe (qui a du bien souffrir) j’en fait du style :

  • «  au fait M. S est de quelle origine/nationalité à ton avis (oui la communication avec lui n’était pas toujours simple) ? 
  • Je ne sais pas trop…
  • [Moi en regardant le dossier où il était écrit qu’il avait fait un malaise, d’ailleurs c’est lui à qui on a fait l’ECG)] Ah regarde, c’est marqué là, il est d’origine malaise !

(badoum tsss)

Enfin bref.

 

Les dernières anecdotes de stage

 

Autrement j’ai aussi eu un patient qui sur 3 jours qu’on la vu disait tout en blaguant qu’il allait mourir en rentrant chez lui. Sauf qu’on ne savait pas trop si c’était une plaisanterie ou pas (surtout qu’il faisait souvent des blagues aux infirmières, médecin). Sauf aussi que parfois chez les personnes dépressives l’humour peut nous alerter dans ce sens. Au final même si l’interne et l’externe lui avait déjà dit qu’il ne fallait pas hésiter à en parler si ça n’allait pas, je suis allé le voir tout seul pour discuter un peu. Et je ne sais pas ce qu’il m’a pris mais à un moment j’ai posé ma main sur son épaule tout en essayant de dire ce que je pouvais. Mais sans réfléchir en fait, ça s’est fait tout seul. J’espère qu’il retrouvera le moral.

Sinon lors du stage a un moment j’ai su répondre aux questions du professeur contrairement à l’externe (comme quoi les cours de P2 ça sert haha). C’était sur les causes possibles d’une augmentation brutale de l’hémoglobine. Et avec certains cours j’ai pu déduire certaines des causes. (Je ne vais pas vous embêter avec la physiologie).

 

Avec l'externe on a aussi voulu faire un MMS à un patient (un test pour mesurer des performances cognitives avec des questions le tout sur 30 points) mais à chaque fois, c'était impossible de le trouver ! On a pas arrêté de le chercher partout ! A sa chambre, à la cafétaria, au kiné mais pas de bol. Je me souviendrai longtemps de cette quête épiquement échouée ! Et la seule fois qu'on a réussi à le trouver et qu'on lui a donné un horaire pour faire le test (car il était midi et il fallait bien aller manger tout comme le patient), il a oublié et n'est pas rentré à sa chambre à l'heure prévue (enfin c'est l'externe qui me l'a dit puisque je ne faisais stage que le matin).

Donc voilà la semaine a été bien remplie et s’est achevée en beauté par un petit gouter du vendredi matin (j’ai ramené des brownies et des bonbons) avec tous les internes, les externes et les autres P2 du bâtiment. C’était vraiment un stage intéressant même si je regrette de ne pas avoir eu plus l’occasion de faire plus de vrais examens cliniques (certains stages étaient mieux, d’autres non) mais dans l’ensemble j’en suis très satisfait !

 

Le mot de la fin

 

Désolé pour le chaos de ce billet, j’ai tout écrit dans l’ordre où ça me passait par la tête, en même temps là j’ai pas mal de trucs à faire entre le code, les cours et l’exam qui arrive alors que j’ai juste mis en page les cours sans commencer à vraiment les apprendre (2/10 c’est pas énorme d’autant plus que j’ai appris les plus faciles). Et aussi les vidéos pour les paces ce que j’aime bien faire mais ça m’a pris le samedi aprèm entre trouver quoi dire en se renseignant, réfléchissant (ça fumait depuis on cerveau haha), préparant la vidéo, puis la tourner et la monter avant de la mettre sur YouTube.

 

Demain j'ai cours de 8H à 12H (ça fait très longtemps qu’on n’a pas eu cours le matin), d'ailleurs à midi je dois réaliser l'intro d'une prochaine vidéo sur la prise de note, on va se marrer et faire un truc bien j'espère. Et sinon toute la semaine on a cours de 10H à 12H pour changer. Allez je vous laisse, plusieurs articles sortiront dans la semaine !

<3 sur vous tous (et voilà je deviens sentimental, mais que m'arrive t-il ?)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (3)

Petite-cuillère
  • 1. Petite-cuillère | 14/03/2016
Ah d'accord merci ! :) Je connaissais la 3e cause et j'avais entendu parlé de la deuxième. Eh oui, je suis enquiquineuse, mais ça rend ton stage encore plus intéressant !!!! ^^
docjunior
Raah elle m'embête elle ;-P
Alors le rein produit de l'EPO (erythropoiétine), alors en cas de tumeur rénale si on augmente l'EPO, les GR aussi vont augmenter par l'accroissement de l'érythropoièse. Autre possibilité, en cas d'hypoxie si insuffisance respiratoire, les GR augmenteront afin de pallier au manque d'oxygène et corriger l'hypoxémie. Autre possibilité : l'hémoconcentration avec une diminution du volume plasmatique et donc un accroissement logique de l'hématocrite (Volume des GR/Volume Total).
Ah oui aussi, le labo peut s'être trompé...

Autre possibilité (que je n'ai pas trouvée) : un problème hépatique (mais je sais pas pourquoi) et il y a une autre cause possible que j'ai zappée (bouh pas bien). Le patient était passé de 15,5 à 18,5 en un jour sachant que la limite supérieure est de 17,5 (j'ai plus les unités en tête) ce qui est énorme. Et voilà pour le point culture ^^

Merci des compliments sinon ;-)
Petite-cuillère
  • 3. Petite-cuillère | 14/03/2016
Tu as toujours été sentimental, Doc Junior !
Tu peux expliquer les causes de l'augmentation brutale du taux d'hémoglobine stp ? :D (Hahaha !)
Sinon, très beau billet, comme d'hab ;)

Ajouter un commentaire

×